Mamimadi

Mamimadi

 
La Presqu’île    Souhaits    Le port    Les jeunes    Souvenirs    Horizons    Pollutions    Paysages    Nuisances    La plage    La Turballe    Errances    Histoire    Coûts et douleurs    Ecologie     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 12 février 2007

Témoins de chez nous

À une époque où le temps et les événements semblent à la fois s’emballer et se globaliser, quelques rencontres fortuites avec des vestiges d’un passé lointain et local sont bien propres à focaliser le regard sur les fils ténus qui mènent jusqu’à lui. Les constructions et créations religieuses sont de ceux-là, au même titre que les ponts, les moulins, les outils, ...

Se pencher sur l’histoire de l’église de Trescalan, par exemple, c’est remonter le temps, celui de sa construction, de celle de la chapelle dont elle a pris la place, celui des villages qui balisaient la côte entre Guérande et Piriac, le temps des frairies, des paludiers, des moines bénédictins, jusqu’à celui de Anne de Bretagne offrant une couronne aux gens du pays.

La seule statue de Notre-Dame de Recouvrance fait revisiter le village de Brandu, les pratiques des pêcheurs-pèlerins du Croisic, celles des démolisseurs de chapelles, récupérateurs de belles pierres, revisiter également les relations entre les pasteurs et leurs ouailles, du pape pontifiant au fidèle implorant.

Implorant ? Notre-Dame de Recouvrance, Notre-Dame de Miséricorde, Notre-Dame de Délivrance, Notre-Dame du Bon Secours, ... Les fidèles de ces époques étaient-ils vraiment moins stressés que nous ? Craignaient-il vraiment moins que nous les déferlements d’événements dont ils n’avaient pas la maîtrise, ni spatiale dans un monde trop vaste, ni temporelle dans un temps qui ne leur appartenait pas ?

Une brève au hasard :

samedi 24 octobre 2009

Eau = Vie

L’eau, c’est la vie. Tout pousse avec de l’eau, même les trous. Si, si ! Ce dernier samedi, j’ai rencontré un jardinier du dimanche alors qu’il confectionnait un trou dans le sol en vue d’y planter un arbuste. Et il arrosait généreusement son trou entre deux coups de bêche. Ce traitement assez inattendu en ce qui concerne la croissance d’un trou m’a paru pourtant très efficace, son développement s’étant effectué en deux-trois coups de cuillère à pot alors que la sécheresse du sol aurait imposé l’utilisation d’une énergie considérable, voire d’une énergie mécaniquement modifiée ...