Mamimadi

Mamimadi

 
La plage    Résolutions    Souvenirs    Les vieux    Pratiques    Le port    Formidable    Histoire    Horizons    Réchauffement    La Presqu’île    Ecologie    Sciences    Les jeunes    Océan     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 16 avril 2007

Candidat(e)s

Elles sont enfin arrivées, les professions de foi. Avec des photos, des "pour", des "contre", des résolutions et des promesses.

Regardons-les bien : à tous, on leur donnerait bien le Bon Dieu sans confession comme on disait dans mon jeune temps.

Mais regardons-les encore.

Certains sourires à pleines dents ne sont-ils pas menaçants ?

Pourquoi cette photo en noir et blanc ? Est-elle déjà une réponse à un souhait quelconque venu du peuple dont on promet de puiser les idées ?

Des lunettes posées de travers sont-elles le signe d’une droiture intérieure naturelle inflexible ?

Un portrait pleine page se veut-il l’affirmation d’une grande assurance ? À contrario, un mini-portrait noyé dans le texte est-il le témoignage d’une profonde modestie ?

Faut-il voir le sage derrière les bras croisés ? Le battant derrière le bras tendu ? Le fidèle derrière l’alliance haut portée ? Et un conquérant sous le portrait en pied ?

Quelle signification apporter à la cravate, au blouson de jean, à la chemise à carreaux ?

Regardons-les et zappons d’un slogan à l’autre ; ils sont parfois plus révélateurs des vrais programmes que les programmes affichés.

"Tout devient possible".
Ouais, pour qui ?

"La ruralité d’abord".
Bravo, que fait-on du reste ?

"La France de toutes nos forces".
Il manque un verbe : conquérir ou servir ?

"Nos vies valent plus que leurs profits".
C’est eux, les méchants !

"La fierté d’être Français".
Et Breton, et Européen, et citoyen du Monde ?

"Votez Le Pen".
Au moins un candidat bien dans ses pompes.

"Pour une gauche fidèle à ses valeurs".
Persister et signer, c’est sa différence.

"Travailleuses, travailleurs".
Pardon, c’est leur différence.

"Un autre avenir est possible".
Oui, mais sera-t-il meilleur ou bien pire ?

"La révolution écologique".
Est-ce encore de la politique ?

"La France Présidente".
Cela ressemble à un lapsus.

"Rupture avec l’Union européenne".
Brisons-là !

Et puis regardons-les encore avant d’entrer dans l’isoloir. Fixons une dernière fois leurs regards.

Regards paisibles, énigmatiques, malicieux, dubitatifs, interrogateurs, fatigués, fatalistes, volontaires, vides pour quelques-uns, ... ces "reflets de l’âme" ne sont-ils pas les éléments les moins trompeurs de ces portraits à vocation racoleuse ?

Une brève au hasard :

jeudi 25 juin 2009

Blog de trottoir

Dans la rue :

  • Salut toi, comment tu vas ?
  • Bien. Je sors de voir "Fais-moi plaisir !". Pas mal, tu devrais y aller ...
  • Non, je ne sors pas tant que je n’ai pas fini mon bouquin
  • Ah ? Tu lis quoi ?
  • "Elle s’appelait Sarah" de de Rosnay. Tu as lu ?

Cet échange entre deux personnes sur un trottoir peut se faire entre beaucoup plus de personnes, beaucoup plus confortablement et beaucoup moins succinctement. Dans un blog, par exemple.