Mamimadi

Mamimadi

 
Pollutions    Les jeunes    Souvenirs    Résolutions    La Presqu’île    Océan    La plage    Coûts et douleurs    Formidable    Histoire    Sciences    Le port    Urbanités    Réchauffement    Horizons     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 23 avril 2007

L’habit du moine

Il se pourrait que la rumeur qui circule depuis toujours soit vraie : les traits de caractère, qualités et défauts, sont également représentés dans toutes les classes, tous les métiers.

Il y aurait autant de criminels, de donneurs de sang, de femmes battues, de sportifs, d’alcooliques, d’homosexuels chez les riches du XVIème que chez les pauvres du Nord-Pas de Calais. Les riches auraient les moyens de faire taire les bruits sur leurs défauts et de valoriser leurs qualités. C’est tout.

Il y aurait autant de voleurs chez les gendarmes, de généreux chez les percepteurs, d’ignorants chez les profs, de bénévoles chez les commerçants, de gens de mauvaise foi dans les églises. L’habit faisant le moine, l’image retenue par une population à tendance autruchisante servirait de grande cape à la réalité.

Il se pourrait quand même que, de temps à autre, des petits grains de sable pénètrent la tête des autruches, particulièrement des jeunes, entretenant le lancinant malaise qui fait douter de tout, de la possibilité d’élire un bon président de la République à la nécessité de se soumettre au représentant de la loi, en passant par le sérieux des convictions affichées par les donneurs de leçons et de morale.

Sortir la tête du trou pour tenter d’y voir plus clair dans la rumeur ferait-il digérer le mouron toxique ? Rien n’est moins sûr si l’effort de lucidité confirme la véracité de la rumeur et renvoie à l’investigateur une image de lui-même qu’il se pressera de recouvrir.

Une brève au hasard :

lundi 12 janvier 2009

Overshoot day

Global Footprint Network a calculé que, du 1er janvier au 23 septembre 2008, la population globale a consommé la production annuelle de notre bonne vieille Terre. Ensuite, elle a vécu à crédit. Depuis les années 90, nous consommons et polluons plus vite que la nature ne produit et répare. Et ça risque de ne pas s’arranger demain puisque, si tout le monde vivait au niveau des pays occidentaux, il faudrait la capacité de production et d’assimilation de cinq à dix Terre.
Alors ?
Des voix proposent pourtant des voies de sortie de cette spirale vers la faim et la fin. Des issues fondées malheureusement sur la raison, ce qui les teinte d’un rien d’utopie. Non ?