Mamimadi

Mamimadi

 
Histoire    Paysages    Goûts et couleurs    Réchauffement    Formidable    La Turballe    Pollutions    Les jeunes    Souhaits    Les Turballais    Le port    Pratiques    Nuisances    Campagne    Regrets     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 3 septembre 2007

Prothèses

Dès que le toit d’une maison prend l’eau, son intérieur s’en va à vau l’eau, bien entendu. Disposer des gamelles et des bidons ici et là prolonge l’agonie sans soigner la maladie. La prothèse est indispensable. La prothèse de toit, comme la prothèse de hanche pour prendre un exemple au hasard, exige de la rigueur à tous les niveaux : préparation, exécution et finition.

Avant toute chose, il convient de préparer le terrain, déplacer ce qui peut l’être, raser ou écarter les plantes grimpantes, ranger et aseptiser les alentours qui devront recevoir les outils, les déblais, les matériaux neufs. Dans le même temps, il faut élaborer un plan d’intervention, établir ce qu’il est nécessaire de remplacer et de ce qu’il convient de conserver, décider de l’ordre des opérations.

L’exécution elle-même est classique. Il faut ouvrir et découvrir avec assez de précaution pour ne pas dégrader ce qui doit être conservé : tuiles rouges de l’épiderme protecteur, derme gris des voliges porteuses. On doit alors écarter sans les endommager les diverses canalisations, vaisseaux d’eau, et nerfs électriques temporairement anesthésiés par déclenchement du disjoncteur général. La charpente mise à nu, le praticien peut couper et démonter, à coups de tronçonneuse, marteau, tenailles, lapidaire, …et installer dans la foulée la nouvelle charpente en prenant garde à la qualité des fixations sur l’ossature restante, à l’alignement de l’ensemble pour éviter l’impression boiteuse de certaines rénovations.

C’est aussi dans la finition que se reconnaît le sérieux de l’opérateur. Bien menée, elle permet à la maison de se trouver hors d’eau sans délai, de se satisfaire de quelques contrôles réguliers d’étanchéité, de ne pas permettre l’intrusion d’une quelconque humidité cachée pourvoyeuse de moisissures menant à un nouveau pourrissement et une nouvelle dégradation de la santé de l’ensemble. La couture des tuiles faîtières doit être soignée, le ciment des rempannages doit être jointif, les solins doivent drainer efficacement les eaux de pluie …

Une prothèse de toit réussie, c’est un nouveau moral qui s’installe dans la maison, c’est un gros souci retiré à ses occupants qui peuvent ainsi repartir pour une vie nouvelle. D’un bon pas.

Une brève au hasard :

jeudi 25 février 2010

Sondés


Ma déduction :

  • 43,7 % des lecteurs du Monde ayant répondu au sondage ne prennent jamais l’avion.
  • 2,2 % prennent l’avion quotidiennement