Mamimadi

Mamimadi

 
Nuisances    Sciences    Errances    Souvenirs    Lamentable    Les vieux    Résolutions    La Presqu’île    Océan    La Turballe    Les jeunes    Coûts et douleurs    Horizons    Campagne    Paysages     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 12 novembre 2007

Pensées fumeuses

Les philosophes aiment se prendre la tête à la manière du penseur de Rodin, c’est leur gagne-pain. La tête entre les mains, dans la position que j’adopte naturellement quand je suis aux toilettes, ils tournent autour du pot à grandes questions.

Ils peuvent se demander comme ça, à brûle-pourpoint (non, je ne fume pas aux toilettes), si réfléchir peut rendre rend heureux. Quelle question ! Ça, ça s’appelle tortiller du derrière pour faire caca droit (chacun retrouvera l’expression d’origine). Bien sûr que oui, réfléchir peut rendre heureux, tout comme ne pas réfléchir, faire du vélo ou avoir de belles selles. Ce n’est pas l’action qui procure le sentiment du bonheur, mais ce qu’on y met. L’imbécile heureux, outre qu’il faudrait prouver qu’il ne réfléchit pas au moins suffisamment pour sa condition d’imbécile, place dans ce qu’il fait suffisamment d’affect pour faire son bonheur. Le penseur lucide jusqu’au suicide, outre qu’il faudrait savoir s’il ne réfléchit pas trop par rapport à ses autres possibilités humaines, ne trouve pas dans son action de réflexion les briques de son bonheur alors qu’elles existent pour d’autres penseurs.

Pauvres candidats bacheliers qui doivent se prendre le chou sur des questions de ce calibre, souvent dans la douleur et des attitudes qui ne respirent pas le bonheur. C’est vraisemblablement la raison du déclin des filières lycéennes privilégiant la réflexion au profit des filières privilégiant la restitution des connaissances. Quoi, non ?

Une brève au hasard :

vendredi 15 août 2008

Assomption(s)

L’Assomption ! Je serais curieux de connaître la proportion de Français qui savent à quoi correspond la fête de ce 15 août. Pour commencer, certains ne savent pas à quoi ils doivent ce jour férié - une quelconque bonne tradition, vraisemblablement. D’autres imaginent que c’est une fête d’Église - catholique, sans doute, puis que la France en est issue. D’autres encore ont appris à un moment ou à un autre - au caté de leur enfance ou bien lors d’un surcroît d’attention télévisuelle - que fa fête concerne Marie, alias "la Sainte Vierge", la mère de Jésus, sans trop approfondir ni la nature de ce petit Jésus à l’origine d’une autre période festive, ni comment une mère peut être déclarée vierge. D’autres enfin savent ce qu’on leur a dit qu’il fallait savoir et qu’ils intègrent justement en fonction de leur capacité à croire ce qu’on leur dit. L’Assomption ? Certains en lèvent les yeux au ciel, d’autres aussi !