Mamimadi

Mamimadi

 
Histoire    Horizons    La Presqu’île    Pollutions    Goûts et couleurs    Souvenirs    Coûts et douleurs    Urbanités    Océan    Regrets    Paysages    Réchauffement    Pratiques    Le port    Souhaits     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 4 février 2008

Étanche à quoi ?

Mon vieux téléphone portable était tombé en panne. Je me rendis dans la boutique à Découate pour m’en procurer un neuf :
- Bonjour madame la vendeuse, je voudrais un téléphone.
- Ça tombe bien, nous en avons ici qui vous permettront de photographier, jouer, écouter de la zique, ...
- Bein, je vous remercie, j’ai ce qu’il me faut par ailleurs, j’en voudrais un pour téléphoner.
- Bon, bon ... J’ai bien celui-ci qui a le minimum mais permet effectivement de téléphoner. Prenez bien garde pourtant : il n’est pas étanche !
-  ???? ... je pratique un peu la voile sur l’océan humide ... ce choix serait-il à risque ?
- Je vous répète : ce téléphone n’est pas étanche ...

Moi, vous me connaissez, j’aime bien le risque, j’achetai le téléphone invendable. Il m’a accompagné sans problèmes pendant des années dans toutes les occasions où il risquait de m’être utile, particulièrement lors de mes sorties en bateau, mes randos pas toujours très sèches à pied ou à vélo.
Je crus pourtant être parvenu à la limite des capacités de mon téléphone lorsqu’un jour, revenu de quelques tours de pédales sur le macadam, je jetai ma veste dégoulinante de transpiration dans le lave-linge ... en y oubliant le téléphone sus-décrit. Il aura fallu une bonne dizaine de minutes de rotation alternée pour que le bruit anormal de ma machine m’indique la présence du corps étranger. Delta Charlie Delta fut mon oraison funèbre, prononcée dans le même temps où je m’affairais au toilettage du décédé : ouvrir, nettoyer, sécher ... et puis, une dernière fois, en guise d’adieu non dépourvu d’appel subconscient au miracle, le brancher. Vous imaginez bien que le miracle eut lieu, propulsant mon vieux téléphone vers une nouvelle carrière. Alors, madame la vendeuse, vraiment pas étanche ?

Une brève au hasard :

mardi 3 février 2009

J’y étais !

Il est arrivé ! Si, si, j’y étais. Je ne voulais pas y être pourtant. Je savais bien qu’il aurait fallu attendre des heures sur un quai bourré de monde-qui-empêche-de-voir-comme-on-veut, dans un vent glacial de nordet. Je savais bien que le héros serait passé devant moi le temps de me dire "il est où ?", et que j’aurais le temps de me dire dans les embouteillages monstres d’après événement "bein, je vais où ?". Mais j’y étais, moi, monsieur !