Mamimadi

Mamimadi

 
La Presqu’île    Pratiques    Urbanités    La Turballe    Goûts et couleurs    Océan    Les jeunes    Résolutions    Horizons    La plage    Lamentable    Le port    Les Turballais    Nuisances    Pollutions     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 25 février 2008

La Turballe wikipédiée

Je consulte Wikipédia assez souvent, avec la méfiance qui convient, mais je n’avais jamais parcouru ce qui s’y est construit concernant La Turballe (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Turballe).

Je n’y ai pas rencontré d’énormes surprises, juste des données assez bien établies, quelques informations bizarres, et, bien sûr, beaucoup de lacunes puisqu’il faut faire concentré en rassemblant le plus important et le plus significatif. Les choix faits par le ou les rédacteurs font aussi l’intérêt de ces pages wikipédiesques.

La partie "géographie" décrit assez bien la presqu’île de Pen-Bron et mentionne l’église de Trescalan, les deux seules photos introductives de la page montrant justement ces deux sites périphériques. Rien n’est dit ni montré du bourg de La Turballe, regroupé autour du port.
L’histoire de La Turballe est succinte et bien connue, sans trace aucune de deux activités historiques turballaises, la conserverie et le sel, alors que trois lignes sur huit ont trait à la seconde guerre mondiale.
La représentation du blason de La Turballe donne envie d’aller chercher plus loin : pourquoi quatre sardines et cinq hermines ? (Sans doute conviendrait-il actuellement de remplacer les sardines par des anchois, mais ça ferait moins joli, et puis la sardine, c’est quand même l’histoire de La Turballe ...)
Les quatre lignes de la rubrique "culture" concernent Anne de Bretagne et paraissent bien anecdotiques par rapport aux événement et activités qui ont construit la culture et les mentalités turballaises actuelles.
Les personnalités liées à la commune ne manquent pas de sel : un Gaston Balbi aux cent bâtards, un Yves Legeoc qui montre ses fesses aux ennemis de Napoléon, et un Pierre Judtric (déjà tout un programme) qui va commettre ses méfaits à Férel. Personne d’autre, vraiment ?
Une dernière petite remarque : il aura fallu attendre le dix-septième maire pour que la municipalité de La Turballe affiche une couleur politique. Mais bon, avec le temps et les lavages successifs, les couleurs passent tellement vite ...

Une brève au hasard :

mercredi 9 décembre 2009

À quoi bon

  • À quoi bon travailler ?
  • À quoi bon se lever ?
  • À quoi bon vivre ?
  • Allons, allons ! À quoi bon se décourager ?