Mamimadi

Mamimadi

 
Souvenirs    Errances    Pratiques    Coûts et douleurs    Océan    Les vieux    Lamentable    Goûts et couleurs    Nuisances    Campagne    La Presqu’île    Formidable    Résolutions    Urbanités    Le port     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 2 juin 2008

Délinquant !

Un ami compatissant vient de me mettre sous le nez la nouvelle réglementation pour la circulation des vélos, et donc applicable à ma propre circulation sur mon vélo à moi.

Horreur et stupéfaction : je suis hors-la-loi !

Déjà et d’une : mon bel engin de course fibro-carboné n’est pas réglementaire :
- Bien que n’étant pas totalement dépourvu d’objets catadioptriques, il n’est pas équipé du "dispositif réfléchissant de couleur blanche visible à l’avant", ni des mêmes dispositifs, mais de couleur jaune, sur l’arrière des pédales à blocage automatique bien incapables de les recevoir.
- Le cintre de mon vélo n’arbore pas le grelot obligatoire, audible à 50 mètres.
Onze euros mesdames, messieurs, pour chacune de ces absences.

Et le plus grave est à suivre, dans ma propre conduite sur le vélo : quand aucun risque ni képi n’est perceptible à l’entour, il m’arrive de ne pas "marquer l’arrêt absolu devant un feu de signalisation rouge" installé à l’occasion de travaux sur la route, de circuler sur le trottoir pour effacer le blocage du camion-livreur en cours de déchargement, de pédaler quelques mètres en sens interdit lorsque cela me permet d’en gagner quelques centaines, et même, et même ... de garer mon vélo sur le trottoir !
Amende de quatrième classe pour les trois premiers délits, mesdames, messieurs : 135 €, quatre points retirés sur le permis de conduire automobile et suspension possible du dit permis. Sûr que, sans permis, je pourrai toujours prendre mon vélo ...

Une brève au hasard :

mardi 30 octobre 2007

Soulier à jeter

La "note de vie scolaire" ne fait pas l’unanimité chez les enseignants. Certains y voient le retour à la médaille et au tableau d’honneur. Là encore, j’ai l’impression qu’ils crient avant d’avoir mal. Cette note de vie scolaire est censée remédier à un problème tout comme le soulier est censé remédier à la difficulté de marcher sur des sols agressifs. Une fois le soulier chaussé, faut-il encore avoir la volonté et la patience de l’adapter au pied et à la démarche avant de décréter que décidemment, oui, ce soulier est à jeter.