Mamimadi

Mamimadi

 
Goûts et couleurs    Formidable    La Turballe    La Presqu’île    Souvenirs    Lamentable    Nuisances    Océan    Campagne    Urbanités    Coûts et douleurs    Le port    Errances    La plage    Pratiques     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 29 septembre 2008

Simulation de rêve

J’en connais qui se posent des questions à faire pâlir les candidats au bac, du genre :"Faut-il vouloir réaliser ses rêves ?". Se poser la question alors qu’on a bien d’autres chats à fouetter relève de la pratique sado-masochiste de la masturbation intellectuelle douloureuse, non ? Peut-être pas. Une simulation sans risque serait-elle éclairante ? Voyons ...

Que sont les rêves à réaliser ? Des idéaux ou des fantasmes ? Entrer dans la logique de la question suppose une réponse du genre "idéaux-pour-soi". Dans la même logique, ils sont-ils raisonnablement paramétrables, mais alors ils ne sont plus tout à fait des rêves sortis des profondeurs de l’être, à l’image des rêves créés dans les profondeurs du cerveau lorsque conscience et raison sont mis en sommeil.

Une fois défini comme un idéal pour soi construit par soi-même, le rêve est-il réalisable ? Sans doute d’autant plus facilement que la conscience de l’être est proche de sa nature et que la raison est capable de construire avec cette nature. Mais on voit bien que ça n’est pas gagné tant il est difficile il est difficile de se connaître à un moment donné et pratiquement impossible de prévoir un futur façonné par le temps et les événements - voire les accidents - de la vie.

Supposons donc un rêve réalisable. La question est : "Faut-il vouloir le réaliser ?". Pourquoi faudrait-il vouloir ? Si c’est pour y gagner du bonheur, il faut prendre bien garde qu’un rêve réalisé n’est plus un rêve, que ce qui est gagné doit surpasser ce qui est perdu, et l’équilibre de la balance n’est ni objectivable précisément, ni définitivement fixé. Si c’est pour "se réaliser", exprimer une partie de son essence, il faut prendre également garde que, tel le rêve parvenu à la conscience marque la fin du sommeil, le rêve réalisé marque la fin d’un chemin. Et au bout du chemin ? Les verts pâturages, le lait et le miel ? Ou bien la falaise au bord du vide ? Et si la réalisation d’un rêve "pour y gagner du bonheur" ou "pour se réaliser" passait par une vie de malheurs ou un champ de ruines en soi et/ou autour de soi ?

Simulation éclairante ? Vous aurez au moins bien compris que je ne me pose pas personnellement ce genre de questions, ayant toujours répugné à faire compliqué quand je ne peux faire que simple. Chacun ayant les rêves qu’il a et étant ce qu’il est, il a les rêves qu’il peut. Et s’il veut ce qu’il peut, ses rêves sont réalisables ... C.Q.F.D.

Une brève au hasard :

jeudi 24 juillet 2008

Bein pourquoi ? ...


- Paré à virer ?
- Paré !
- J’envoie la barre ... Larguez la contre-écoute ... Embraquez l’écoute ... Au près serré ...
- ...
- Ça l’fait pas ! Choquez l’écoute !
- Mais ...
- Trop tard ! Moteur !
- Mais ...

Sur un voilier comme partout, certains ordres viennent compléter les précédents alors que d’autres viennent les annuler. Le problème est que l’annulation est souvent implicite, une explication sur le bien-fondé de la décision pouvant nuire très rapidement à la bonne santé du bateau sinon à celle de son équipage. Alors, y’a pas de "mais", les amis ... C’est clair ?