Mamimadi

Mamimadi

 
Résolutions    Ecologie    La plage    Les jeunes    Souhaits    Souvenirs    Océan    Les vieux    Pollutions    Errances    Sciences    Pratiques    Horizons    Coûts et douleurs    Lamentable     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 27 octobre 2008

La maison qu’on a

La peinture ferait-elle la maison comme l’habit fait le moine ? Petit(e) ou grand(e), bien en chair ou maigrichon(ne), isolé(e) ou noyé(e) dans la masse, l’un(e) et l’autre peuvent afficher leur différence par l’habit ou l’habillage. Mais la comparaison s’arrête là car si on peut effectivement reconnaître la classe sociale d’une maison comme on reconnaît le statut du moine à sa tenue, cette dernière est t unique, commune à tous les moines de la même communauté alors que l’aménagement d’une maison est une expression de l’individu qui la fait sienne.

Peintures, tapisseries, tentures, rideaux, voilages sont autant de moyens de personnalisation et donc d’appropriation d’un logement dont on n’a pas forcément décidé de la structure, de la disposition des pièces, bref, qu’on aurait préféré autre si tous les choix avaient été possibles.

Tout comme la tête qu’on a, la maison qu’on acquiert est totalement ou partiellement obligée, mais il est toujours possible de lui donner le sourire de la tête qu’on fait. Et celle-là est d’autant bien à soi qu’elle vient bien de soi. Non ?

Une brève au hasard :

dimanche 25 novembre 2007

Strip-tase

L’ONU vient de déclarer que l’utilisation du Taser relève de la torture. C’est bien ce qu’il me semblait ... Savoir que les 17 0000 policiers municipaux français pourraient bientôt s’ajouter aux 3 000 policiers déjà équipés commence à me faire peur. Si, comme on peut le croire, il y a autant de malades dans les différentes polices que dans le reste de la population, on doit bien pouvoir trouver dans cette population de 20 000 personnes quelques centaines d’individus plus ou moins portés sur la chose, non ? La sécurité n’a pas de prix, sans doute, mais je n’aimerais pas que ça me coûte la peau de mes fesses !