Mamimadi

Mamimadi

 
Errances    Les jeunes    Lamentable    Les vieux    Souvenirs    Goûts et couleurs    Sciences    Nuisances    Horizons    La plage    Campagne    Pollutions    La Presqu’île    Souhaits    Formidable     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 3 novembre 2008

Novembre

Novembre.
Automne.
Frimas
Entrée dans l’obscurité hivernale.
Feuilles mortes.
Morts.
Mort.

Images ?

- Images un peu fausses : le 1er novembre est la Toussaint, chez nous, la fête de tous les saints, généralement morts, mais pourquoi les saints seraient-ils moins saints vivants que morts ?

- Images un peu floues : le 2 novembre est réellement le jour des morts, mais beaucoup choisissent le 1er novembre, jour religieux et férié, pour se souvenir des leurs.

- Images un peu floues et fausses : le 11 novembre n’est pas tout à fait le jour du souvenir des morts pour la patrie, mais véritablement la commémoration de la fin de la première tuerie mondiale.

Il reste qu’un parfum de tristesse embaume ce mois de novembre et les livres d’Histoire peuvent nous en donner quelques raisons : c’est en novembre qu’un tremblement de Terre détruit quasiment Lisbonne, que Max Linder se suicide, que la première bombe H explose, que Pasolini, Yitzhak Rabin, Kennedy et l’ourse Canelle sont assassinés, que G.W.Bush est réélu, que Johnny et Sylvie divorcent, que les Allemands vivent leur "nuit de Cristal", que De Gaulle, Léon Zitrone et Barbara nous quittent, qu’un tsunami géant tue 400 000 Bangladeshis, que Mireille Mathieu fait sa première télé, qu’un Américain invente le fil barbelé, que Cousteau entre à l’Académie Française, que les Grognards connaissent leur Bérézina, que la marine française se saborde dans le port de Toulon, que le docteur Guillotin présente son invention, ... Coupez !

Une brève au hasard :

mercredi 23 avril 2008

Nantis marris

Les émeutes de la faim dans une partie du monde sonnent comme les émeutes de la fin pour une autre partie. Fin d’une époque où la faim est silencieuse, où les affamés meurent dans la honte de n’avoir pas su vivre. Chaque individu du monde rassasié ne peut sans doute rien faire pour la masse du monde affamé, et il en est bien soulagé. Mais il en entendra de plus en plus les grondements, et il en sera bien navré.

 
 
Modifier cet article (133) Recalculer cette page