Mamimadi

Mamimadi

 
Souvenirs    Résolutions    La plage    Campagne    Lamentable    Nuisances    Ecologie    Réchauffement    Souhaits    La Turballe    Pollutions    Les jeunes    La Presqu’île    Paysages    Le port     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 24 novembre 2008

Incertitudes

Voilà cinq bonnes minutes que je mesure et re-mesure mes deux pièces de bois. Le fabricant du meuble (*) que je suis en train d’assembler me dit que l’une est plus grande que l’autre et qu’il faut prendre garde de ne pas les intervertir. Elles sont malheureusement pré-assemblées avec d’autres éléments et il m’est impossible d’en comparer directement les longueurs.

Le mètre que j’utilise n’est pas de bonne qualité mais je n’en ai pas d’autre sous la main. Son extrémité n’est pas franche et les graduations ne sont pas nettement marquées, peut-être me donne-t-il la longueur des choses à 1 millimètre près ?

La mesure de la première pièce serait d’un peu plus de 42,2 centimètres alors que celle de la seconde serait d’un peu moins de 42,3 centimètres. Plus ou moins 1 millimètre ...

Les pièces sont quasiment identiques. Le bois de l’une est pourtant affligé d’un nœud disgracieux qui ne va pas faire joli en façade. Et si je trichais un peu, juste un peu, en la limant pour qu’elle soit bien la plus courte que la notice place à l’arrière du meuble ? Non, trop de risque que ça se voie si l’ensemble en devient bancal !

Et zut, puisqu’il faut choisir, je décide que mon impression est la bonne en priant pour qu’elle le soit réellement, sous peine de devoir perdre des heures de démontage-remontage ou même perdre le meuble lui-même. En tous cas, j’ai bien l’impression que ma prochaine acquisition ne viendra pas du même fabricant ... (**)

(*) Kikadi Ikéa ? Perdu !

(**) Toute analogie avec la situation d’un microcosme politique mesuré avec une chaîne d’arpenteur n’est pas totalement illusoire.

Une brève au hasard :

samedi 18 avril 2009

Prélat las

"Si on ne veut pas être grillé politiquement un jour ou l’autre, il faut être crû et donc ne pas craindre d’être cru si la vérité l’exige". C’est ce que disent - en d’autres termes bien sûr - Bertrand dévoilant sa franc-maçonnerie et Roger exposant son homosexualité. C’est ce qu’aurait dû se dire le président du Paraguay avant de quitter la mitre pour briguer les suffrages d’un pays catholique à 90%. Si une faute confessée a quelque chance d’être pardonnée, la paternité cachée du prélat risque de laisser des traces dans les urnes des élections à venir.