Mamimadi

Mamimadi

 
Regrets    Histoire    Coûts et douleurs    Résolutions    Océan    Pratiques    Les jeunes    Le port    Formidable    Réchauffement    Horizons    Les Turballais    Urbanités    La Turballe    Les vieux     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 16 février 2009

Fumeux

"Je ne veux plus fumer". Oui, c’est bien mon p’tit gars, c’est un bon début. Mais ne pas vouloir n’est plus du domaine de la volonté, n’est-ce pas ? Plutôt de la bonne volonté qui se propose de ne pas vouloir, pas vouloir fumer, certes, mais pas vouloir ne pas fumer non plus. Quelque chose comme un choix de laisser faire les différentes pulsions, envies, tendances et souhaits qui doivent composer de l’intérieur avec les choses et les événements de l’extérieur. Bref, ne plus vouloir fumer n’est pas vouloir ne pas fumer.

Vous allez me dire que je fais dans le compliqué, si, si, je le sens bien, car quoi, quand on entend un chef d’entreprise affirmer "je ne veux pas licencier", un maire assurer "je ne veux pas appauvrir mes concitoyens", un président israélien déclarer "je ne veux plus implanter de colonies", un marmaille piaffer : "je ne veux plus faire de bêtise", tout le monde entend bien "je veux ne pas, je veux ne plus", non ? Mais alors, pourquoi ne pas le dire ? Si la volonté était bien réelle, son expression n’en prendrait-elle pas ainsi davantage de force et de crédibilité ?

Sans aller jusqu’à douter systématiquement de la volonté de ceux qui confondent la négation de l’affirmation et l’affirmation de la négation, disons que je n’aime tout simplement pas dire autre chose que ce que je veux dire. Ou bien plutôt : j’aime ne pas dire autre chose ... Tiens ? Aimer, c’est comme vouloir ?

Une brève au hasard :

dimanche 16 septembre 2007

C’est la fin

La fin de septembre n’est pas bien loin, le petit camping municipal du gros bourg pyrénéen ne supporte plus que notre modeste caravane et deux très jolis tepees entre lesquels une guitariste lance pour elle-même quelques airs plutôt langoureux d’un folklore que je ne connais pas. La montagne était encore belle pourtant aujourd’hui mais ce sont vraisemblablement les autochtones qui s’en sont emparés : chasseurs, randonneurs du week-end, cyclotouristes locaux. Les touristes de l’été sont repartis à leurs chers travaux, à leurs soucis habituels, à leurs (pré)occupations bien-aimées. Jusqu’au printemps prochain …