Mamimadi

Mamimadi

 
Réchauffement    Pratiques    Paysages    Formidable    Campagne    Les vieux    Urbanités    Horizons    Regrets    La Turballe    Ecologie    Résolutions    Nuisances    Lamentable    Les Turballais     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 13 avril 2009

Déhanché

 [1] Des maux sans queue ni tête, je n’en connais point. Point. Peut-être le soir au fond du lit ? Ou bien devant le vase attendant la dernière goutte ? Le voilier tribord amure, par exemple, a beau fermer les yeux et rêver de schuss, le mal est fait. Son planté de quille le rappelle aussitôt à sa condition boiteuse de canard déhanché. On pressent bien l’insensé du mal : pourquoi un bateau serait-il interdit de pentes neigeuses alors que des imbéciles surfent sur les foules politiques ?

Même les mots font mal dans le bal dévot. Pie ! 3,1418 ? Trois fois trop de morts ! Non, avec le « e » en queue, c’est un oiseau. Comme le paille-en-queue, mais avec un « e » en guise de paille. Et il vole, l’oiseau ! Il ne vit pas d’air pur et d’eau fraîche, non, il vole. Parfois même pour s’amuser, dit-on … le grand benêt !

Les mots qui font la queue dans la tête sont aussi un mal. Qu’ils s’expriment ! Mais dans l’ordre, sans précipitation, les femmes et les enfants d’accord avec le chef de bord. Ça coule de source et le navire qui sombre retourne à ses origines nanométriques dans l’univers pétascopique. Moins que rien dans le presque tout.

Feux les mots des sots, embrasements de paille embrasseurs de causes embarrassantes. Désolants sinon désolés, rassurés sitôt que morts, déjà causant l’effet parti. Nus non dénués. Bof ! Mille millions de mille sabots piétinant les étoiles ne les éteindront pas …

Notes

[1] Une note en tête pour qu’elle soit mise en queue

Une brève au hasard :

samedi 29 mars 2008

Sous la tiare

Si l’habit ne fait pas le moine, la tiare désigne bien le pape. Cela ne suffit pourtant pas pour désigner chaque pape coiffé par cette tiare et l’étranger au sérail ne peut s’empêcher d’identifier chacun par sa plus ou moins bonne mine, quitte à risquer le délit de faciès, côté observateur cette fois. Le visage tout en rondeurs de Jean XXIII respirait bonté et compréhension. Le front proéminent de Jean-Paul II révélait volonté et obstination. Il me semble que le regard en creux, noir et quelque peu fuyant de Benoît XVI est en accord avec les actes plutôt polémiques qu’il a posés juqu’ici. Wait and see ...