Mamimadi

Mamimadi

 
Les Turballais    Lamentable    Regrets    Goûts et couleurs    La Turballe    La Presqu’île    Souvenirs    Résolutions    Nuisances    Paysages    Les vieux    Sciences    Horizons    Le port    Océan     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 20 avril 2009

Puma

Les autoroutes. C’est pratique, les autoroutes. Ça permet d’aller rapidement voir les petits-enfants, de rejoindre en toute sécurité la maison de vacances et même d’aller tous les jours au boulot tout en commençant à y penser, au boulot.
Oui, mais. L’autoroute, c’est bruyant quand il passe près de son sweet home. C’est polluant quand il passe dans ses vignes. Ça dénature les paysages qu’on se propose d’admirer au bout du ruban.

Les déchetteries [1]. Il en faut des déchetteries. Comment ferions-nous pour nous débarrasser de nos déchets ? Nos jardins sont beaucoup trop petits quand nous en avons et nos rejets sont devenus beaucoup trop importants.
Oui, mais. Une déchetterie près de chez soi, ça sent mauvais, ça fait beaucoup de circulation salissante, ça laisse échapper dans le vent mille petites choses qui s’accrochent aux arbustes de nos jardins comme le sparadrap du capitaine.

Les usines, les éoliennes, les porcheries, les enfouissements radioactifs, les ports de plaisance, les places de stationnement, ... énormément de choses sont très utiles, voire nécessaires sinon indispensables au jour d’aujourdhui [2].
Oui, mais ailleurs ! Ailleurs que devant notre porte, près de notre maison, sur le parcours de nos vacances ... L’agression est constante, la menace d’extension permanente. Une loi, un décret, une simple décision, et voilà un PUMA [3] de plus qui vous assaille et va vous pourrir la vie.

Notes

[1] Non, pas déchèteries !

[2] Triplement pléonastique, à ce qu’on dit ...

[3] Projet Utile Mais Ailleurs

Une brève au hasard :

dimanche 11 février 2007

Récolter

Certains s’étonnent de récolter ce qu’ils sèment : ils sèment ce qu’ils récoltent, d’une année sur l’autre, sans s’apercevoir que le sol s’appauvrit et que leur semence dégénère. Sans amendement, sur sa personne d’abord, sur son terrain ensuite, le semeur risque de pester jusqu’à ce que sa récolte ne sévanouisse en peau de chat gris la nuit.