Mamimadi

Mamimadi

 
Les vieux    Ecologie    Réchauffement    Sciences    Formidable    Goûts et couleurs    Lamentable    Pollutions    Horizons    La Turballe    Urbanités    Pratiques    Le port    Regrets    La Presqu’île     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 11 mai 2009

Sondés

France2 pose chaque semaine au cours de l’un de ses JT [1] une question sous forme de sondage à ses téléspectateurs. Celle de la semaine dernière était :"Croyez-vous en l’éventualité d’une révolte sociale ?"

Près de 12 000 d’entre eux (sur quelques millions ?) ont répondu :

  • OUI : 70,5%
  • NON : 29,5 %

C’est fou le pouvoir du doute, capable de river un individu d’habitude "normal" à son fauteuil de consommateur : personne ne s’est levé pour cocher : "Je ne sais pas". Ou bien la case à cocher n’existait-elle pas ?

Mais que n’aurait-il pas su, celui-là ?

  • qu’il croyait ou pas dans le sens de la conviction profonde ou dans celui de la vague estimation ?
  • qu’il croyait dans une éventualité, un événement futur incertain ?
  • qu’il croyait dans l’éventualité d’une révolte sociale, une grogne, une rébellion, un soulèvement, une révolution ? Avec quel degré de violence ?

Seul un sceptique totalement aseptisé peut douter que la seule réponse possible à une telle question est "OUI, il n’est pas impossible [2] d’envisager la possibilité, un jour ou l’autre, d’une révolte sociale""

Et puis et puis, même une fois approximativement compris les termes de la question, on peut se demander si ce "sondage" ne comptabilise pas :

  • ceux qui ne croient pas à l’éventualité de la révolte sociale mais qui la souhaite, l’appellent de leurs vœux et pensent forcer les choses en répondant "Oui, oh oui !"
  • et inversement, ceux qui croient à l’éventualité de la révolte sociale mais qui pensent également que les autres n’y croient pas assez pour cette possibilité soit possible [2] et répondent "Hélas, non !"

Vu du côté téléspectateur, cette question de la semaine posée par France2 n’a donc que l’intérêt d’être un micro-indicateur supplémentaire de l’ambiance sociale. Pas plus. C’est bien peu au regard des informations ou des analyses d’experts autrement importantes dont elle prend la place. Non ?

Notes

[1] Journaux Télévisés, pour les non-avertis !

[2] (- :)

Une brève au hasard :

jeudi 19 juin 2008

Mayo molle

Dans notre cuisine politique, nous avons aujourd’hui :
- la France doit faire des économies,
- la France n’est plus menacée par un ou des pays bien définis pays mais des "nébuleuses" terroristes et son système de défense est à revoir, en particulier en le "diffusant" à l’intérieur et à l’extérieur du pays,
- la France manque d’hôpitaux, de maisons de retraites, de logements sociaux, de prisons, et de bien d’autres choses du même tonneau,

Si nous versons tous ces ingrédients dans le mixer de l’assemblée nationale, sans oublier d’y ajouter un peu de liant social, la mayonnaise ne peut que prendre. Mais les jours sont nombreux, en France, où, inexplicablement, la mayonnaise ne prend pas ...