Mamimadi

Mamimadi

 
Résolutions    Paysages    Lamentable    Formidable    Coûts et douleurs    Les jeunes    Histoire    Errances    Regrets    Goûts et couleurs    Sciences    Les vieux    Réchauffement    La Turballe    Campagne     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 1er juin 2009

Konijn

Petit lapin se nomme Konijn. C’est un gentil petit lapin nain. Il est resté nature et tient à conserver sa belle robe naturelle, il n’est pas l’un de ces trop communs lapins nains teints [1].

Croyant le protéger des dangers extérieurs mais aussi de lui-même, sa famille humaine d’adoption a confectionné autour de son abri un enclos assez vaste pour qu’il puisse y dégourdir ses petites pattes de lapin nain pas teint [2].

Las ! La cuniculipsychologie échappant largement à l’appréhension de l’intelligence humaine, nul n’a perçu assez tôt le désarroi de Konijn contraint de gambader sur un sol certes bien clean mais complètement dépourvu de la belle herbe verte qui croissait à portée de nez sinon de dents de lapin.

"Hop ! Je saute". Et voilà Konijn dans le jardin, grignotant de ci, gambadant de là, définitivement insaisissable contre son gré. Et son bon gré était d’aller voir si le Paradis des lapins ne se tenait pas par hasard de l’autre côté de la barrière. Non ? Alors un peu plus loin dans le parc public ? Non ? Encore plus loin dans la forêt toute proche ? Brrrr ! Un petit frisson, voire une grande frayeur a dû saisir les moustaches du jeune fugueur puisqu’après une nuit d’errance, il a réintégré ses pénates sous le regard incrédule de ses amis les hommes.

Le pli était pris : lorsque l’envie lui venait, hop ! Konijn franchissait son enclos, disparaissait pour une virée nocturne et regagnait son sweet home par la porte laissée ouverte pour faciliter le retour du lapin prodigue. Où allait-il ? Que faisait-il ? Poussait-il les feux du désir jusqu’à la forêt ? Restait-il dans le voisinage ? Les voisins ... Dégustait-il leurs plantes ? Creusait-il leurs sols ? Crottait-il sur leurs pelouses ? Sans doute convenait-il que cela cesse.

La famille humaine de Konijn entreprit donc de lui construire un enclos capable de l’enclore. Approvisionnement, construction, finition, satisfaction ... tout est bien qui finit bien, lapin nain pas teint est en sécurité, les jardins des voisins aussi. Rentrons.

Et hop ! Qui voyons-nous par la fenêtre ? L’animal pas si bête en train de croûter ses herbes préférées dans le jardin ... Par quel trou de lapin a-t-il pu s’enfiler ? Mystère. Toujours est-il que la porte ouverte attend encore Konijn qui court toujours dans les jardins de son Éden. Du moins est-ce l’espoir de sa famille humaine.

Notes

[1] Bof !

[2] Re-boff !

Une brève au hasard :

lundi 17 novembre 2008

La fille de Dédé


- Dis, Dédé, ta fille a ouvert un des pots de confiture que je viens de mettre sur l’armoire du cellier.
- Elle sait pourtant bien qu’elle ne doit pas ouvrir les pots de confiture !
- Bien sûr, mais elle risque de recommencer. Il faut que tu fasses quelque chose ...
- Ouais. Eh bien on va lui interdire de monter sur les chaises.
...........
- Dis donc Dédé, ta fille a glissé avec son vélo sur les gravillons dans le virage de chez la mère Loye, pour aller voir sa copine. Ç’aurait pu être grave !
- Bon, on va lui donner à choisir : ou bien elle va à pied, ou bien elle fait le détour par le Grand Chemin.
...........
Un problème, une loi. La femme de Dédé se prénomme France ...