Mamimadi

Mamimadi

 
Urbanités    Résolutions    Regrets    Océan    Souhaits    Le port    Les Turballais    Errances    Pratiques    Histoire    Ecologie    Coûts et douleurs    La plage    Paysages    Pollutions     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 15 juin 2009

(D)évaluer, encore !

Pour une famille, élever un jeune, c’est l’élever [1] et dans les (bonnes) familles, cette élévation est évaluée à vue de nez, de façon non quantifiée quand bien même certains la jugeraient quantifiable.

L’école a pour prétention d’élever ses élèves et l’évaluation y est systématique parce que demandée par la société, les familles et les jeunes eux-mêmes.

Pourquoi ce blanc et noir ?

Peut-être parce que la famille éduque et que l’école enseigne ? Mais pourtant, un jeune acquiert beaucoup plus de savoir(s) en dehors de l’école qu’à l’école, et particulièrement dans sa famille. Mais encore, désigner l"Enseignement national" sous le nom d’Éducation nationale c’est reconnaître (ou affirmer) qu’on ne peut enseigner sans éduquer.

École - Famille = même combat ! Dans l’une comme dans l’autre, les jeunes sont élèves, apprenants et "éducants" à la fois et si le vocable pour désigner cet état commun n’existe pas, pourquoi faire compliqué quand "jeune" peut suffire [2] ?

Pourquoi donc l’évaluation de la progression d’un jeune est-elle si différente d’un milieu à l’autre, de la famille à l’école ? Si notes et classements sont imposés aux enseignants, pourquoi ne le seraient-ils pas aux parents ? Si la perception globale pratiquée dans les familles, inexprimable pour l’essentiel parce qu’objectivement insaisissable, se révèle plus complète et plus fine, pourquoi ne pas la pratiquer pour tout ou partie d’une évaluation scolaire si squelettique qu’elle relève trop souvent de la dévaluation ?

Notes

[1] Bizarre, non ?

[2] Un jeune peut être écolier, collégien, lycéen ou ... enfant

Une brève au hasard :

jeudi 23 avril 2009

Lève-tôt

"L’avenir est à ceux qui se lèvent tôt", dit-on. L’avenir, je ne sais pas, dormir tard peut aider à vivre vieux. Mais du temps, certainement. C’est fou tout ce qu’on peut faire entre 5 heures et 8 heures le matin. Pratiquement le travail de la journée d’un lève-tard. Le lève-tôt peut donc ensuite aller se recoucher la conscience tranquille et l’âme en paix ...