Mamimadi

Mamimadi

 
Histoire    Le port    Les vieux    Souvenirs    Les Turballais    Pollutions    Campagne    Les jeunes    Paysages    Réchauffement    Errances    Pratiques    Formidable    Urbanités    Goûts et couleurs     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 12 octobre 2009

Octobre turballais

Le temps a fait une pause sur La Turballe. Pas de vent, pas de pluie, pas de chaud ni de froid. Rien pour signifier une évolution des choses atmosphériques, rien pour ponctuer le temps.

Le chaland s’est amorti sur la vase du traict.


Les touristes prennent la pose ’cormoran’ sur la promenade du terre-plein.


Les embarcations côtières vaquent, sans houle, sans foule. Un regard de promeneur, un clic de photographe, un sillage sur l’horizon, un casier qui se relève ...


Entre rideau d’eau et rideau de fer, l’attente du pêcheur de fait sourde, sinon totalement muette.


Pas même de pas d’hélice aujourd’hui sur l’aire de carénage. Le pas dans l’air ne vaudrait rien pour un poisson volant.


À défaut de corneilles, les baillent attendent leurs poissons, leurs crabes ou leurs coquilles.


Même les petits chats un peu perdus pausent au soleil. Qu’attendent-ils de leur attente ? Qu’une âme charitable les prennent dans leur panier ? Qu’un petit éperlan follement altruiste se sacrifie pour un repas inespéré ? Ou bien que la nuit vienne bien vite pour oublier que les temps sont décidément trop durs sur le granite de la jetée ?


Une brève au hasard :

dimanche 30 mars 2008

Profits mal placés

Les "jeux sérieux" sont en expansion aux États-Unis et devraient mettre comme à l’habitude une dizaine d’années pour traverser l’Atlantique. Entraînement à la gestion des conflits internationaux, maîtrise des incendies ou simulation d’entretiens d’embauche... Bizarrement, jusqu’à maintenant, ces jeux vidéos de simulation pour la formation ne sont pas faits pour l’enseignement et tournent principalement autour de deux secteurs plus "profitables" : le militaire et la santé. Il est quand même étonnant de constater une fois de plus que l’enseignement, aux États-Unis comme chez nous, puisse ne pas être considérer comme le plus "profitable" des investissements ! Non ?