Mamimadi

Mamimadi

 
Formidable    Sciences    Regrets    Océan    Souvenirs    Nuisances    Les Turballais    Campagne    Résolutions    Les jeunes    Goûts et couleurs    Horizons    La Presqu’île    Paysages    Réchauffement     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 2 novembre 2009

Habitude

On s’habitue à tout, dit-on.

Aux belles choses comme aux conditions misérables ? Aux petits plaisirs quotidiens comme aux petites contrariétés et vexations régulières ? Les dépressions qui s’installent dans certaines vies ne s’habituant décidément pas aux désagréments dans lesquels elles évoluent montrent que "on" n’a pas pensé à tous les "on". Il en est qui ne s’habituent pas à tout, ça non ! Et puis j’ai bien l’impression qu’il faille tout une vie pour s’habituer à l’idée de la mort, non ? Ne pas mourir jeune donne cette possibilité et c’est déjà une bonne chose à laquelle il convient de ne pas s’habituer, elle ...

Mais comme l’habitude est une mauvaise habitude ! Elle conduit à trouver normales des choses tout à fait extraordinaires. Le jour qui revient chaque jour, le cycliste qui ne tombe pas quand son vélo roule, le voisin qui reste voisin, emmerdant parfois, mais présent, la voiture qui obéit à la clef et à l’oeil en mettant en action un tas de mécanismes ignorés, eux-mêmes régis par une infinité de lois physiques dont les meilleurs scientifiques n’en connaîtront jamais qu’une partie. les doigts qui s’agitent au-dessus du clavier, petites parties d’un tout qui fonctionne généralement bien, qui dysfonctionne parfois, mais dont l’existence tient du miracle. Le seul fait de percevoir ces choses extraordinaires est extraordinaire. Il semblerait bon de préserver cette perception, de la cultiver en l’utilisant sans modération, pour tenter d’échapper aux habitudes et s’approprier les bonnes et moins bonnes choses de la vie.


En fait, cette idée des plus banales m’est venue en constatant que la connaissance de la complexité des choses entraîne la perplexité quant à leur bon fonctionnement. Et inversement, moins on sait comment ça marche et moins on s’étonne que ça marche. Pour un organisme vivant, un automobile, un ipod ou un site internet que l’absence d’un simple point-virgule peut enrayer. L’émerveillement final est au bout de la connaissance, induite elle-même par l’émerveillement initial, lequel n’éclot jamais sur un lit d’habitudes. C.Q.F.D. [1]

Notes

[1] Le sigle tant aimé !

Une brève au hasard :

samedi 22 novembre 2008

Détroit étroit

D’un côté il y a les chercheurs dont le travail est de trouver selon des méthodes scientifiques. Pourtant, ils ne trouvent pas tous et pas tout le temps, et les démarches tiennent parfois plus de la conviction que de la raison.

De l’autre de côté, il y a les gardiens du Temple qui ne supportent pas qu’on trouve autre chose que ce qu’ils savent ou croient. Ils ne se trompent pourtant pas tous et pas tout le temps, et les croyances paraissent parfois plus sages que la raison.

Ah, mon bon monsieur, en ces temps d’accélération des périls, qu’il est difficile de naviguer entre certitudes charybdéennes et certitudes scyllabiques !