Mamimadi

Mamimadi

 
Coûts et douleurs    Les vieux    Campagne    Lamentable    Souhaits    La Turballe    Nuisances    Les jeunes    La plage    Regrets    Pratiques    Résolutions    Pollutions    Goûts et couleurs    Formidable     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

dimanche 15 novembre 2009

Biduleries

Ci-dessous, le texte qu’un grand responsable de la communication chez Bidule, a prononcé devant une réunion au sommet réunissant les grands biduleurs : [1]


« La culture de l’Internet et la communication de Bidule »

Ne faisons pas l’autruche. Internet se transforme, transforme notre société et ne peut pas ne pas transformer Bidule,

Avec internet, nous assistons à une révolution copernicienne qui a déjà ses effets sur notre manière d’être dans notre relation au monde, de nous situer dans le monde, d’interagir avec le monde. La prise de conscience par Bidule de l’importance d’internet est là.

Internet est un révélateur, un marqueur. Soit vous savez communiquer, soit vous ne le savez pas, soit vous êtes crédible soit vous ne l’êtes pas, soit vous répondez aux attentes soit vous êtes dans votre bulle, soit vous êtes prophète soit vous êtes le dernier des Mohicans, soit vous êtes vivant soit vous êtes fossile, soit vous connaissez la langue internet soit vous ne la connaissez pas et vous ne pouvez pas communiquer.

Nous sommes dans un monde pluraliste, où nombreux sont ceux qui, grâce à internet, peuvent avoir accès à tout et donner leur avis sur tout. Bidule ne peut pas ne pas en tenir compte. Avec [...] la mondialisation, la montée d’internet, [...], Bidule est considéré par certains comme un produit parmi d’autres sur le marché des biduleries.

Permettez-moi de décliner quelques propositions [...] :

- Dans la jungle des offres gratuites et des possibilités médiatiques, les biduleurs doivent apparaître avec un plus.

- Bidule ne peut pas toucher tout le monde, en même temps, avec les mêmes contenus, sur les mêmes médias. Il ne peut pas apparaître avec un discours monolithique. Les vies sont diverses, le monde est segmenté, Bidule se doit de diversifier son offre. Qui veut-on joindre, où, comment, pourquoi et pour quoi faire, pour mener vers quoi ?

- Bien mesurer avant toute mise en ligne de la manière dont telle ou telle image, tel ou tel propos pourra être entendu, reporté, colporté, interprété. On peut mettre en ligne en connaissance de cause, mais on ne devrait jamais être surpris par les réactions et courir après les démentis et les rectifications. Si l’on est surpris par une réaction, c’est que l’on a mal analysé la situation avant de parler, donc pas été suffisamment à l’écoute. Bien réfléchir avant, et être spontané et réactif malgré tout. Le web est la culture du spontané.

- Pour nous aussi, tout en assurant la vie de nos biduleries [...], nous devons avoir le souci de continuer à être là où sont les gens, là où le monde change, et donc à nous rendre sur You Tube, My Space, Facebook et autres.

- Ce ne sont pas les jeunes qui ne viennent plus vers Bidule, c’est Bidule qui est loin de leur monde.

- Réfléchir au branding visant à travailler la notoriété et l’image. [...]. Seule l’écoute du monde [...], peut permettre de nous positionner là où l’on ne nous attend pas, de surprendre, de faire tomber les idées fausses sur Bidule.

Certains croient qu’internet n’est que du virtuel ou du superflu. Tous nous connaissons des biduleurs pour qui internet est le dernier de leurs soucis et continuent leur bidulerie comme si internet n’existait pas. Or internet fait de plus en plus partie intégrante de la vie quotidienne. En n’y étant pas présent on se coupe d’une bonne partie de la vie des gens.

Mais heureusement, plus que jamais, internet redistribue les cartes, nous fait descendre de notre piédestal, de notre chaire magistrale, nous fait sortir de nos ghettos, [...].

Internet est [...] un outil, et comme tel il n’est pas porteur de bidulerie. Mais il est utilisé par des hommes porteurs de bidulerie, capables d’en user [...]. Comme tout outil démultipliant les capacités humaines, il est porteur de menaces comme de potentialités. Tout dépend de l’usage qu’on en fait.


Vous avez trouvé bien sûr qui j’ai caché derrière Bidule et de quelle nature sont ses biduleries ? Un parti politique ? L’Éducation nationale ? Une ONG ? Je vous dirai pas, na ! Il m’a seulement bien plu de constater que l’argumentaire de ce grand biduleur, communicant en chef, pourrait être repris par tous ceux qui ont quelque chose à communiquer, petits et grands. Non ?

Notes

[1] Entre crochets, les passages tronqués. En italiques, les mots adaptés aux tronqueries

Une brève au hasard :

mardi 25 septembre 2007

Dis, papa ...

Le remplacement du pétrole par le "diester" et le "bioéthanol", les deux "agrocarburants" qui ont le vent en poupe actuellement, pourrait augmenter l’effet de serre, pas à cause de la diminution du CO2 produit bien entendu, mais à cause de l’augmentation de l’oxyde d’azote N2O fabriqué lors de la dégradation des engrais azotés utilisés pour une obtention rentable de ces carburants d’origine agricole, oxyde d’azote qui est 300 fois plus "efficace" que le dioxyde de carbone quant à l’effet de serre. Mais dis, papa, qu’est-ce que c’est la solution ?...