Mamimadi

Mamimadi

 
Le port    Campagne    La Presqu’île    Formidable    Regrets    Souhaits    Les vieux    Les jeunes    Pollutions    Coûts et douleurs    Sciences    Histoire    La Turballe    Errances    Horizons     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 14 décembre 2009

Faisons cours

Faisons court, mais tâchons de faire bien : notre civilisation judéo-chrétienne (il paraît qu’on peut la qualifier ainsi) a vécu un grand tournant voici quelque deux mille ans, un virage tellement vertigineux qu’elle s’en est toute raidie pour la suite de son histoire, faisant systématiquement front contre vents nouveaux et marées réformatrices. En vain, les éléments étant toujours les plus forts, les marins le savent bien ...

  • Elle s’est raidie pendant longtemps contre l’évidence copernico-galiléenne d’un univers non géocentrique.
  • Elle s’est raidie plus récemment devant l’hypothèse darwinienne d’un premier homme non edenisé.
  • Elle se raidit encore devant la suggestion neuroscientifique que la conscience, la pensée, l’âme enfin, seraient le résultat des activités moléculaires du cerveau.

Peut-être ces raideurs ont-elles des raisons que la raison ignore ? Quel scientifique peut dire sans tousser que le monde se résume à ce qu’il peut en dire, lui qui reconnaît bien volontiers des siècles d’hésitations, d’erreurs même, dans sa marche vers une connaissance (qu’il sait epsilonnienne) d’un monde (qu’il devine infini) ?

Peut-être ces raideurs relèvent-elles de la raideur du cou de l’autruche plongeant la tête dans le sable (jamais rencontrée, et vous ?) pour ne pas voir une réalité qui l’obligerait à penser autrement ? Car quoi ? Une Terre tournant autour du Soleil peut quand même rester le centre de notre univers ; nous pouvons bien donner le nom de "Adam" au compagnon de la première femme qui nous est nécessaire pour enfanter notre monde ; et puis enfin, nous pouvons bien accepter une issue métaphysique au fonctionnement physico-chimique de notre cerveau. Non ?

Une brève au hasard :

jeudi 25 septembre 2008

Danse à contre

La danse ... qu’en pensez-vous ? Est-ce un moyen d’accompagner physiquement certaines musiques, de vivre certains rythmes ? Peut-elle n’être qu’expression physique venue de l’intérieur à destination de l’intérieur ? Est-elle un moyen de communication ? Avec les autres ? Avec un ou une autre ? Sans doute la musique est-elle tout cela et bien d’autres choses, pour l’un ou pour l’autre, un jour ou l’autre ... La certitude est qu’il est aussi dommageable d’en être esclave que de s’en libérer totalement. Non ?