Mamimadi

Mamimadi

 
Les vieux    La Turballe    Sciences    Résolutions    Pollutions    Les Turballais    Coûts et douleurs    Errances    Nuisances    Regrets    La Presqu’île    Ecologie    Lamentable    Pratiques    Formidable     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 1er février 2010

De rien sur tout

Dire d’une personne d’origine juive qu’il a une tronche pas catholique est-il vraiment faire preuve d’antisémitisme alors que depuis les temps pas si anciens du catholicisme florissant, le langage courant qualifie tout individu louche ou simplement différent de "pas catholique" ?

On peut penser que le dernier auteur en date de l’insulte présumée n’est pas démuni en seconds degrés de tout ordre mais, même alors, le double niveau d’interprétation possible est-il si lourd qu’il puisse tomber sous le coup de la loi, celle de la justice éventuellement, celle du politiquement correct à coup sûr ?

Antisémitisme ou pas dans ce cas particulier, il me semble bien que les pincettes sont désormais incontournables pour tout acteur public s’exprimant sur une religion ou une race ou même sur tout autre sujet, mais avec des termes susceptibles d’y faire penser. La tolérance zéro s’impose dans le paysage public sous prétexte de préserver la tolérance maximale : zéro dérapage verbal - pas de "casse toi pov’ con" ni de "né natif de Corrèze", zéro écart de conduite - pas de coup de boule, de voyage déplacé ou d’extra-conjugal (extra conjugal ?), zéro burqa, zéro élitisme, zéro sexisme, ... Nul. Tout doit être nul pour que le tout se tienne, selon le bien penser.

Mais trop restera toujours trop, même quand il s’agit de rien. Un monde sans différences, même désagréables, est un peu comme un mur sans liant, bien capable de s’effondrer au premier séisme. Non ?

Une brève au hasard :

vendredi 17 août 2007

Jouissif

Mon jardin ne me plaît pas. Le houx est tout dépenaillé, il faudrait le couper. Le laurier est devenu géant, il est en train d’en mourir, je devrais bien y faire des coupes claires. Les lilas sont trop moches, je hais les lilas qui ne sont beaux que durant les quinze jours où ils sont en fleur et qui arborent les dites fleurs, fanées et ridicules, pendant le reste de l’année. Les arbres sont devenus trop grands, s’en trouvent mal situés et entrent en compétition pour trouver une place au soleil, chêne, hêtre, cerisier, pommiers, érable, sapins, … Les arbustes sont eux-mêmes bien nombreux, pas toujours bien placés, et très gênants quand il s’agit de passer la tondeuse : okuba, rosiers, genêt, …
Mon jardin ne me plaît pas, mais décider de couper, d’élaguer, de transplanter ne se fait pas à la légère, demande de la réflexion et du temps. Le temps de s’y installer, de le contempler, et d’en jouir sans vergogne !

Une humeur au hasard :

dimanche 6 juin 2010

Y’a pas écrit ...

Leroy-Merlin, bonjour ! Bonjour madame, je suis en panne de peinture et j’aimerais savoir si vous avez ce qui me convient en stock ; pouvez-vous (...)

 

Les humeurs, c'est du passé


Les humeurs de février


- 1999 : 1 2 3 4 5 6
- 2000
- 2001
- 2002
- 2003
- 2004 : 1 2 3 4
- 2005 : 1 2 3 4
- 2006 : 1 2 3 4
- 2007 : 1 2 3 4
- 2008 : 1 2 3 4 5
- 2009 : 1 2 3 4 5
- 2010 : 1 2 3 4 5