Mamimadi

Mamimadi

 
Ecologie    Pratiques    Formidable    Horizons    Coûts et douleurs    Campagne    Sciences    Urbanités    Résolutions    Souhaits    Océan    La plage    Goûts et couleurs    Pollutions    Réchauffement     ( ... )

Entrée perso sur la toile

Humeurs anciennes

La buissonnette

Mamiphotos

Mamividéos

Mamiblog

Mamitree

Mamiloc

lundi 12 juillet 2010

Grise mine

Je le savais bien que ça serait difficile, que l’affaire serait délicate, pleine de pièges, que je devrais m’armer de patience, de rigueur et d’aquabonisme. Comme tous ceux qui veulent acheter auprès des services compétents de l’administration française une carte grise pour leur nouvelle auto [1].

L’épreuve, car il s’agit bien d’une épreuve vraisemblablement imaginée pour vérifier la qualité de la citoyenneté obéissante et soumise du demandeur, apparaît si pénible qu’on comprend qu’elle en devienne sélective, nombre de véhicules circulant sans carte grise entre les mains de conducteurs eux-même dépourvus de permis de conduire. Trop difficile parcours de combattant ! Va falloir suivre l’exemple de l’éducation nationale et baisser le niveau pour rester dans les clous ...

Quelles difficultés est-il envisageable de supprimer ? Quels angles est-il imaginable d’adoucir ? La réflexion entre dans la problématique comme la main dans un sac de noeuds et nécessitera sans doute la création de commissions ad hoc.

- les demandeurs pourraient ne pas attendre une ou deux heures debout
mais alors il faudrait installer des chaises à l’extérieur devant la porte d’entrée, ce qui signifierait investissement en matériel et en personnel de maintenance.
- les demandeurs pourraient ne pas attendre une ou deux heures dehors
mais alors, il faudrait aménager une salle pour cinquante personnes, dans des locaux déjà exigus et pour des sommes susceptibles d’absorber le produit des cartes grises.
- le service des cartes grises pourrait proposer 35 heures de vrai service hebdomadaire au lieu des
oui mais il faudrait embaucher alors que le leitmotiv gouvernemental du moment est de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux.
- les employés du service pourraient travailler plus vite et mieux - si, si, c’est possible, je l’ai vu.
oui mais ils ne pourraient plus justifier leurs demandes de maintien de postes, voire de créations nouvelles, l’état de grève du zèle permanente, comme toute grève, ayant pour but de travailler moins pour tenter de gagner plus
- ...

Ceci dit, je l’ai eue ma belle carte grise, et comme tout diplôme arraché de haute lutte, j’en suis fier ! J’ai lu, relu, renseigné, complété, vérifié, agrafé. Je me suis déplacé, j’ai déposé, j’en suis revenu. J’ai attendu, attendu, attendu et encore attendu. Je me suis inquiété, me suis déplacé à nouveau, me suis rendu, à bout ... J’ai patienté, écouté, patienté encore. J’ai payé, soulagé, et, revenu, attendu. Et puis, et puis, après quarante-cinq jours de grise mine, le moral m’est revenu en même temps que l’enveloppe déposée par le facteur. Ouf ! Je suis reçu !

Notes

[1] En pré-supposant abusivement que l’ensemble des préfectures et sous-préfectures fonctionne à l’image de la sous-préfecture de Saint-Nazaire, Loire-Inférieure

Une brève au hasard :

mardi 29 avril 2008

Inter-non-dits

À notre époque hyper-sécuritaire et réglementée (*), tout ce qui est dangereux pour soi ou autrui ou bien préjudiciable à tout ou partie de la société est interdit. L’omniprésence et la densité des règles fait qu’on pourrait penser que ce qui n’est pas interdit est donc permis et non dangereux ou préjudiciable pour soi ou pour les autres. Et le danger ultime est là : croire que les garde-fous sont forcément judicieusement placés à chacune des multiples circonstances de la vie de chacun de ces fous que les citoyens sont alors devenus puisque privés de l’usage de leur raison.

(*) Mais le pire n’est pas impossible

Une humeur au hasard :

lundi 16 juillet 2007

Peau de chagrin

La mer n’est plus ce qu’elle était. D’immensément plane et abyssale jusqu’aux brumes et aux ténèbres , elle est devenue ronde et pelliculaire à la (...)

 

Les humeurs, c'est du passé


Les humeurs de juillet


- 1999 : 1 2 3 4 5 6
- 2000
- 2001
- 2002
- 2003
- 2004 : 1 2 3 4
- 2005 : 1 2 3 4
- 2006 : 1 2 3 4 5
- 2007 : 1 2 3 4 5
- 2008 : 1 2 3 4 5
- 2009 : 1 2 3 4
- 2010 : 1 2 3 4