mamimadi
Accueil du site > les humeurs > Ideas worth spreading

Ideas worth spreading

lundi 11 mars 2013, par jacky hérigault

Dimanche. Dernier jour avant parution et rien n’est écrit. Quid de cette humeur hebdomadaire qui fait l’essence de ce petit billet ? Point d’enthousiasme ? Point d’indignation ?

L’indignation serait de ne retirer aucune humeur de la vie de ces derniers jours. Des heures perdues, quel dommage ! .... Un œil un peu rigolard et désormais fermé regarde sans doute cette intro par-dessus mon épaule : "Indigne-toi ! Indignez-vous !". Eh bien non, ce sera plutôt enthousiasme et étonnement cette fois mon vieux Stéphane.

En poussant à nouveau la porte de TED, j’ai retrouvé pour un temps que j’espère long, le plaisir d’accéder à la pensée de grands personnages contemporains, d’acteurs importants dans des tas de secteurs d’activités. Des gens qui ont vécu, qui ont agi, qui ont construit, qui ont cherché et trouvé, cherché sans trouver, trouvé sans chercher, et qui racontent brièvement, exposent densément, synthétisent devant nous leurs expériences, leurs conclusions, leurs trouvailles. Ce sont des personnages de renommée mondiale s’exprimant a priori pour le monde entier et donc dans la langue mondiale, l’anglais. C’est une difficulté pour un vieux comme moi qui a fait sept ans d’apprentissage de l’anglais sans jamais être capable de le pratiquer, mais c’est aussi un challenge excitant puisqu’avec le sous-titrage et la possibilité de ré-écoute un embryon de progrès est envisageable. Enthousiasme ...

L’étonnement vient de ce que que tous ces beaux penseurs, souvent bons conteurs et compteurs semblent s’accorder sur ce qui ne va pas dans ce bas monde et sur ce qu’il faudrait faire pour qu’il aille mieux. Sur la toile du web ils étalent tous les ingrédients nécessaires à la bonne éducation, la saine économie, à une existence tonique, une vie pleine de sens, ... Bien sûr que s’ils n’avaient rien à dire ils ne viendraient pas le dire ! Mais tous, ils disent sur tout sans trop se contredire. Le bons sens semble le ciment de la mosaïque, le fil blanc du patchwork. Bon sang, mais c’est bien sûr !... Bien sûr ? Mais alors pourquoi le meilleur des mondes n’est-il pas advenu depuis belle lurette ? Ils n’ont pas le look de "ya qu’a", tous ces gens-qui-semblent-savoir, juste un peu "faut qu’on", mais si "faut qu’on", pourquoi ne le faisons-nous pas ? Sans doute n’ai-je pas encore visionné la conférence qui me l’expliquerait ...

Un commentaire ?