mamimadi
Accueil du site > les humeurs > Vent en prout

Vent en prout

lundi 8 avril 2013, par jacky hérigault

  Bonjour ! Je me suis levé ce matin avec une bête question trottinant dans ma petite tête : comment pète-t-on ? Je sais bien pourquoi : parce que la digestion produit des déchets gazeux. Je sais également pour quoi : la nature n’ayant pas inventé le moyen d’encapsuler ces gaz, il convient de les relâcher dans la nature avant qu’ils ne transforment leur porteur en baudruche.

  Mais comment ? Comment, en dépit de la conclusion d’une vie d’observations montrant que, dans un circuit rempli d’un mélange de solides, liquides et gaz, ces derniers remontent plus ou moins lentement mais inexorablement vers le haut de la mixture, c’est en partie basse du circuit digestif qu’ils se trouvent accumulés. J’imagine bien un fonctionnement « normal » pour nos amis les bêtes à quatre pattes où les petits bras d’Archimède peuvent exercer une poussée dans le bon sens, mais je peine à imaginer l’émission des flatulences dans le cas du moineau sur sa branche, du poisson dans son bocal, de l’araignée sur sa toile, du ver de terre dans sa motte ... et donc également de l’homme où il peut.

  Moi, vous me connaissez ? Il a fallu que je cherche toutes affaires cessantes la solution à cette problématique aussi fondamentale qu’apparemment ignorée. Google, Wikipedia, Doctissimo ... Le travail mécanique de la tuyauterie interne et le labeur chimique des bactéries présentes seulement dans la salle de débarquement expliqueraient, madame, pourquoi votre fille est muette mais pas totalement silencieuse. Je veux bien. Quelle chance en tout cas que la nature ait trouvé le moyen d’évacuer les presque deux litres de gaz quotidien et quel dommage que l’intolérance olfactive de la société entrave autant le pouvoir apaisant de l’émission des quelque vingt pets correspondants ! [1]

Notes

[1] D’autres pets, politiques entre autres, sont beaucoup plus incommodants, n’est-ce pas ?

Un commentaire ?