mamimadi
Accueil du site > les humeurs > Confiance placée belle ?

Confiance placée belle ?

lundi 22 avril 2013, par jacky hérigault

Il y a deux sortes de temps,
Il y a le temps qui attend et le temps qui espère.
Il y a deux sortes de gens ...

Quand certaines personnes ont une inquiétude sur leur santé, elles ouvrent leurs encyclopédies médicales ou parcourent les fils de l’Internet pour tenter d’y trouver des renseignements leur permettant d’essayer de comprendre ce qui leur arrive. Elles n’y parviennent pas souvent. Quand elles y parviennent et que l’automédication est possible et efficace, l’affaire s’arrête là.

Le plus souvent, elles doivent se rendre chez un professionnel de la santé pour lui exposer leur cas et lui demander son avis. Il a forcément un avis, à défaut de solution. L’un et l’autre - avis et solution - seront à nouveau prétextes à recherches livresques ou digitales. Le nom donné au problème correspond-il bien au ressenti, à l’observation, à l’historique ? Les médicaments étant tous des poisons potentiels par essence, le rapport avantages / inconvénients de la prescription est-il favorable ?

Des recherches analogues prolongeront la réception de l’avis du spécialiste de la santé s’il doit être consulté, avec ou sans imageries médicales, enregistrements fonctionnels, analyses biologiques. Une IRM n’aurait-elle pas été plus révélatrice qu’une coloscopie ? Ce petit excès de "mauvais cholestérol" justifie-t-il le risque d’un traitement aux dangereuses statines ? "Docteur, mais vous aussi doctes docteurs virtuels, dites-moi afin que je comprenne et surtout que je prenne pour mon cas à moi ..."

Mais il y a deux sortes de gens ...

Quand certaines autres personnes ont des inquiétudes sur leur santé, elles entrent dans la chaîne de santé par le maillon le plus proche. "Docteur, soignez-moi !". La simplicité de la confiance supprime les contorsions de l’hésitation, efface les confusions du doute et pèse en fin de compte positivement sur la résolution du problème : les chances de guérison seraient statistiquement supérieures pour ces gens-là. Statistiquement, les exceptions illustrant la règle, bien entendu.

 

Un commentaire ?