mamimadi
Accueil du site > les humeurs > Des mots colorés

Des mots colorés

lundi 30 septembre 2013, par jacky hérigault

Quoi de plus pénible que de dire ce qu’on pense ou croit penser et d’avoir le coup du bâton du tacleur de service, accessoirement proche indéprochable à défaut d’être irréprochable ? Peut-être simplement l’envie de dire nouée au creux de l’estomac par la seule appréhension du coup de bâton ?

Quoi de plus déstabilisant que la description alambiquée d’un phénomène simple ? Peut-être la description simpliste d’un phénomène complexe ? Car, d’une part, les choses simples n’existent pas en ce bas monde - monde si haut pour nos esprits si bas, n’est-ce pas ? - et les explications compliquées ne font que refléter le désarroi d’esprits limités devant un monde insaisissable. Et, d’autre part, seules les approches multiples peuvent cerner l’irréductible réalité. Pas clair tout ça ? C’est sans doute parce que vous pensez que ce qui se conçoit bien s’énonce simplement alors que le poète a dit : "clairement". La simplicité n’est pas de mise quand il s’agit d’exposer clairement des choses toujours compliquées par nature. Un exemple ? Le temps de noroît donne ce matin une couleur verte à la mer de La Turballe. "Vert" est simple mais peu précis et donc contestable. La description de la couleur réelle ne tiendrait pas sur quatre feuilles au format A4 et serait plus fidèlement exposée en disant que ce matin, les couleurs de la baie sont un peu celles de l’huître fraîchement ouverte [1] ...

Bref, pour faire court (et donc faux :-), je signe au bas de tout manifeste promouvant l’approximation et sanctionnant les pères fouettards et mères fouetteuses prétendant battre en brèche les vérités fumeuses. Signeriez-vous itou ?

Notes

[1] Les lois de la Physique ne sont que des descriptions approximatives de réalités définitivement inaccessibles !

Un commentaire ?