mamimadi

Trop bien !

lundi 21 avril 2014, par jacky hérigault

Mamimadi ...

Que m’a-t-elle dit mamie cette semaine ? Que c’est Pâques, que l’église de La Turballe vient de se voir installer de nouveaux vitraux et que je devrais bien aller en faire quelques photos. Elle avait commencé la semaine comme elle le fait habituellement depuis bien longtemps maintenant, en me montrant que ses répliques tennistiques avaient toujours de la vigueur, tennis de table bien sûr, faut pas rêver, avec quand même beaucoup de ping-pong, vu le rythme soutenu des pings et des pongs. Et puis, chaque jour de la semaine, elle m’a demandé au moins une fois : "Tu veux un café ?". Sacro-saint café, petit jus d’autrefois, indispensable pour se demander mutuellement "Alors, comment ça va aujourd’hui ?" et se répondre "Encore une belle journée, hein ?". Les dernières gorgées du noir liquide sont souvent froides, passé le temps de la dégustation des deux carrés de chocolat qui accompagnent le premier service, du survol des nouvelles servies par Ouest-France ou de la tentative de résolution de quelque difficulté cruciverbale, administrative ou informatique résiduelles.

De la routine tout ça me direz-vous, rien que de la vie ordinaire, mais encore ? "What else ?" dirait un célèbre vendeur de café dosé. Quoi d’autre ? Hé bé, vous pensez bien que si je vous parle un peu de mamie elle-même cette semaine c’est qu’un vieux rêve vient de se réaliser : elle peut enfin se déstresser comme il convient de sa journée de jardinage, balades citadines, causeries, cruciverbiages et autres affairements de quasi nonagénaire dynamique. Un beau fauteuil vient de débarquer dans son séjour, s’installer devant son bel écran distributeur de "Plus belle la vie" comme de tant d’autres images du monde, avec appuie-tête réglable pour les phases trop denses et repose-jambes articulé pour les longueurs langoureuses.

"Trop bien !" diraient les jeunes. C’est que justement les jeunes habitués de la maison qui avaient une certaine propension à squatter le vieux canapé défoncé risquent de reporter leur affection sur le beau fauteuil tout neuf ! Les convaincre d’un pacte de non-agression envers lui demandera de la persuasion, du doigté, de la persévérance ... que mamie saura bien trouver dans son grand sac à sagesse.

Un commentaire ?

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0