mamimadi
Accueil du site > les humeurs > Des chiffres et des couleurs

Des chiffres et des couleurs

lundi 8 décembre 2014, par jacky hérigault

 Cette dernière semaine fut celle de Sarkozy reprenant des couleurs malgré ses comptes présumés délictueux, des policiers américains incapables de compter jusqu’à trois avant de tirer sur leurs gens de couleur [1], et puis celle de l’école bientôt sommée d’utiliser des couleurs pour noter des jeunes en délicatesse avec les maths. Des chiffres et des couleurs, donc.

Pour ce qui concerne l’école, je n’ai jamais vraiment compris en quoi le remplacement des chiffres par des couleurs changeait fondamentalement l’évaluation dans la mesure où un ordre est attribué à ces couleurs. Si une évaluation verte est plus satisfaisante qu’une bleue, une jaune, une orange ou une rouge, on n’est pas loin d’une évaluation notée de 5 à 1 [2], l’habillage en plus. C’est un peu comme si confitures et huile de foie de morue étaient systématiquement administrées aux jeunes ayants droit ou ayants besoin conditionnées en pilules colorées.

On dit que l’attribution de couleurs empêche les jeunes de se comparer entre eux et centre leur attention sur leur progression personnelle. Mon oeil ! Je suis bien certain que, dans une classe, chacun sait qui est plutôt rouge et qui est plutôt vert dans telle ou telle discipline, et donc quelles sont les taches et quels sont les caïds, les deux pouvant être répulsifs ou attractifs selon les configurations. Et puis je ne vois pas en quoi une émulation bien comprise et bien conduite ne serait pas profitable à chaque élément d’une classe ; c’est le lot du jeu, du sport, de la carrière professionnelle, de la vie.

On dit encore que les couleurs interdisent de faire des moyennes, d’amalgamer ainsi des compétences en arts plastiques et des capacités en informatique. Sans doute, sans doute, mais les exemples sont nombreux qui disent l’importance des moyennes, du cycliste dont la moyenne baisse parce qu’il grimpe trop mal au citoyen dont la compréhension du monde et de ses problèmes est fonction de ses cultures philosophique et scientifique.

Tout (ou presque) se discute. Seuls quelques intégristes pensent que les notes à l’école décrivent la totalité d’un jeune, de la même façon que seuls quelques déconnectés et/ou desséchés réduisent les êtres au montant de leur feuille de paye, mais les chiffres alignés sur la dite feuille ont quelque importance, n’est-il pas ? Peut-être serait-il plus intéressant de voir les couleurs derrière les chiffres, et même de les utiliser pour en créer de nouvelles, plus riches et pas forcément plus "ludiques". Et, pourquoi pas, mettre les chiffres derrière les couleurs pour que nos jeunes ne portent plus la lanterne rouge des apprentis mathématiciens.

Notes

[1] les mal nommés, le noir étant une absence totale de couleurs comme chacun(e) sait

[2] pour éviter le zéro si traumatisant, n’est-ce pas ?

2 Messages de forum

  • Des chiffres et des couleurs 14 décembre 2014 19:09, par Cousin Hub

    Finalement ne faudrait-il pas sortir un carton jaune, voire un rouge aux sempiternels ministres de l’éducation qui n’aspirent qu’à laisser leur nom à une énième loi sur l’éducation (un grand É ne se mérite pas). Nul besoin de leur attribuer une couleur, puisque leur passage éphémère les rend transparents.

    Répondre à ce message

Un commentaire ?