Une (petite) voix dans la Presqu'île

Écrits vains ?

27/11/2023

Je m’impose le plaisir de l’écriture de cette petite humeur hebdomadaire depuis la pénultième année du siècle dernier. Un bail, non ? Et je me demande, est-ce bien raisonnable ?

On peut se dire oui, j’écris pour jouer avec les mots, pour dire des choses, pour signifier aux amis que je suis bien vivant, bref, pour me faire plaisir, me faire du bien…

Je me dis aussi parfois que mes écrits, aussi humbles soient-ils, peuvent être mis à profit par d’autres. La famille, les amis, des inconnus qui passent par chez moi au détour d’un clic…

Chez moi ? Une construction bien fragile dans l’Internet réticulaire. Volatile et éphémère, elle ne survivra pas à la petite existence qui l’a créée. Et je me dis quel dommage ! Vanitas vanitatum bien sûr, mais qui ne s’est jamais posé la question de savoir ce qui restera de lui après sa mort ?

Nos parents, grands-parents, aïeux ont sans doute eux aussi pensé aux traces laissées. Ont-ils imaginé leur devenir ? Photos jaunissantes, écrits pâlissants, vaisselles et mobiliers dispersés, constructions revendues ou détruites,… Le témoin le plus pérenne de leur passage est sans doute la ligne de vie qui leur a succédé et dont ils ont forgé un maillon. Un maillon nécessaire.

Eureka ! Toute considération métaphysique mise à part, ce qui perdure le mieux après la mort, c’est la vie. Écrivons-le bien vite…