mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 10 mai- Sujets de bac
. 3 mai- Fan de "Niet !"
. 26 avril- Toys in
. 19 avril- Tristes obsèques
. 12 avril- Départ différé
. 5 avril- Tous piqués ?
. 29 mars- De l'art et des mots
. 22 mars- Pie 7 et prés carrés
. 15 mars- Jaillissements déplacés
. 8 mars- Vies communicantes
. 1er mars- Grains de sel
. 22 fécrier- Le sel de la vie
.15 février- La vie à vue
. 8 février- Rapport à la fiiiibre
. 1er février- En finir avec la covid
. 25 janvier- Échanges étranglés
. 18 janvier- Voile impudique
. 11 janvier- Anormalitude
. 4 janvier- Pic de tension
. 28 décembre- Les chants de Noël
. 21 décembre- Le complexe du médiocre
. 14 décembre- L'arme des pleurs
. 7 décembre- Vaccinez-vous !
. 30 septembre- Vivre l'absence
. 23 novembre- Demi-oranges divines
. 16 novembre- À toi
. 9 novembre- Des cendres
. 2 novembre- Fin de vie
. 26 octobre- Tristesse
. 19 octoble- Scipio
. 12 octobre- Le temps de l'avant
. 5 octobre- Les mains du salut
. 28 septembre- Marronniers
. 21 septembre- Jardin sociétal
. 14 septembre- Vingt-deux ans
. 7 septembre : Seul avec l'alter
. 31 août- Bruits et bruit
. 24 août- Chère gratuité
. 17 août- Je dirai malgré tout...
. 10 août- Moi et le monde
. 3 août- La raison masquée
. 27 juillet- Râler, convaincre, ignorer
. 20 juillet- Nuances, citoyens !
. 13 juillet- La nature maîtrisée
. 6 juillet- Anniversaire
. 29 juin- La chute
. 22 juin- Omniconvaincus
. 15 juin- Covidosceptiques
. 8 juin- Compétences
. 1er juin- R(é)ouvrir
. 25 mai- Surbooking ?


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

17 mai - Mystère pictural

Tableau

       Dis-moi, beau tableau, que caches-tu derrière ce que tu me montres ? Une pipe, des allumettes, un cendrier, un verre et une carafe au bouchon déposé sur une table...

      Pas l'ombre d'un raton laveur, non.

      Et puis cette fenêtre à demi ouverte sur un soleil blafard, prolongée par les fleurs cendrées de la tapisserie et le bleu outremer d'un pan de mur improbable.

      Et puis encore un tabouret au pied de l'appui de fenêtre à la ferronnerie bien haute et bien dessinée.

      Et puis enfin et peut-être surtout un linge bleu étrange qui ne ressemble à rien, ni serviette, ni cravate.

      C'est une scène. Une scène de fin, une scène d'après. Après consommation d'alcool et de tabac comme stimulants pour agir une fois la cravate dénouée et posée sur la table ? Car c'est une cravate, pliée comme une décision définitivement pliée.

      L'appel au vide du soleil ténébreux est si insistant dans le ciel gris. L'appui de fenêtre semble si haut et protecteur qu'il a fallu approcher le tabouret une fois le verre reposé et la dernière bouffée tirée...

      La suite est un mystère, bien vite évanoui dans l'atmosphère brumeuse, sans que nul s'en soucie davantage, ou bien irrémédiablement éteint à l'aplomb extérieur de l'ouverture, à jamais figé dans la mémoire de l'artiste. Qui sait ?

Lutin