mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 2 mars- Humeur de Hummer
. 23 février- Rafale de mots
. 16 février- La machine humaine
. 9 février- Lire et compter
. 2 février- Nonagénaire
. 26 janvier- La coupe était vide
. 19 janvier- Vous êtes Charlie?
. 12 janvier- Je voeux !
. 5 janvier- Bonne Année

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou possibles à ouvrir pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans de d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

9 mars - Fatale méprise

La gentille discussion avec le commerçant-qui-avait-le-temps est venue sans trop savoir pourquoi sur les gros 4x4 pilotés par des blondes volumineuses accompagnées par des gros chiens au nez écrasé. Pas de sexisme anti-blonde ni de zoophobie ciblée là-dedans. Peut-être un racisme anti-4x4. Certainement un bête accès de stéréotypisme propre à meubler le temps en pensant à autre chose ...

Las ! Au sortir de la boutique, à l'ombre du bâtiment, était rangée un imposant véhicule noir équipé de grosses roues aux énormes crampons, d'un imposant pare-buffle chromé et de bien d'autres choses si inutiles dans nos centres-ville.

Aïe ! L'image de l'épouse du commerçant s'y est superposée comme une fulgurance. Bon sang, mais c'est bien sûr ! la forte dame blonde du marché de 12h45 est l'épouse de ce monsieur ...

Alors ? De deux choses l'une : ou bien il a un chien à la gueule cassée et le changement de boutique s'impose, ou bien, s'il en a un, son chien est au moins croisé bichon à poil frisé et, tout rapprochement avec l'objet de la conversation étant écarté, d'autres discussions tout aussi fondamentales peuvent s'envisager. Une enquête s'impose, donc ...

Fatale méprise

Lutin