mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 30 mars- Génér'Hic
. 23 mars- Il y aura ...
. 16 mars- Fessée effacée ?
. 9 mars- Fatale méprise
. 2 mars- Humeur de Hummer
. 23 février- Rafale de mots
. 16 février- La machine humaine
. 9 février- Lire et compter
. 2 février- Nonagénaire
. 26 janvier- La coupe était vide
. 19 janvier- Vous êtes Charlie?
. 12 janvier- Je voeux !
. 5 janvier- Bonne Année

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou possibles à ouvrir pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

6 avril- Questions de bac

Idées choquantes

 

 

 

Avez-vous comme moi l'humeur capricieuse, capable de l'activité la plus plate pendant tout (*) une semaine et susceptible de se mettre à rebondir d'un événement, d'une information, d'une rencontre à l'autre la semaine suivante ? C'en est même parfois le grand débordement, le trop plein d'idées à développer, de réactions à mettre au clair. Un peu comme le candidat au bac à qui viendrait l'irrésistible envie de traiter tous les sujets de philo qui lui seraient proposés.

Par exemple, cette semaine : 

  • L'empathie bienveillante est-elle une condition nécessaire et suffisante à la libération de la parole ?
     
  • L'abstention peut-elle avoir plus de sens que le vote blanc ?
     
  • Pourquoi les Allemands acceptent-ils si difficilement que l'origine d'une catastrophe soit allemande ?
     
  • Le choix 100% personnel est-il possible dans un couple ?
     
  • L'image du Français râleur est-elle compatible avec son acceptation de la quasi permanence des scandales individuels et collectifs ?

Je tournerais bien longtemps ma plume dans l'encrier avant d'entamer la blancheur de ma copie, c'est bien sûr. Peut-être même choisirais-je d'expliquer mon incapacité à choisir, ce qui ne ferait qu'ajouter un sujet à la liste :

  • Choisir est-il toujours possible ? souhaitable ? obligatoire ?

Bien évidemment, j'en connais des qui balaieront d'un revers de langue mes petites interrogations, écrasant la controverse de leurs certitudes, promouvant l'obligation du vote électoral, brossant les costards des populations dans le sens de leurs stéréotypes, et trompétant l'intégrité de leurs décisions. Sans doute jouent-ils un rôle utile dans mon environnement en me donnant l'image de ce que je souhaite ne pas être - et qu'ils ne sont pas bien sûr, être et apparaître n'étant jamais superposables. Ce qui pourrait faire l'objet d'un dernier sujet :

  • L'empathie nuit-elle à la construction positive de sa propre image par contraste avec l'image non décompressée des autres ?

Coucher de soleil


(*) Non, je ne mettrai jamais de "e" à l'adverbe "tout", invariable par définition :-)

Lutin