mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 25 mai- Démopublique
. 18 mai- Parano
. 11 mai- Des stats
. 4 mai- Expliquez !
. 27 avril- Convaincre
. 20 avril- L'eus-tu cru ?
. 13 avril- L'esprit libre
. 6 avril- Questions de bac
. 30 mars- Génér'Hic
. 23 mars- Il y aura ...
. 16 mars- Fessée effacée ?
. 9 mars- Fatale méprise
. 2 mars- Humeur de Hummer
. 23 février- Rafale de mots
. 16 février- La machine humaine
. 9 février- Lire et compter
. 2 février- Nonagénaire
. 26 janvier- La coupe était vide
. 19 janvier- Vous êtes Charlie?
. 12 janvier- Je voeux !
. 5 janvier- Bonne Année

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou possibles à ouvrir pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

1er juin- Les petits plus

   La petite cuillère replonge dans la poudre brune, en ressort accompagnée des effluves du bon chocolat dérangé de frais, hésite un instant au-dessus de la boite grande ouverte, se laisse tapoter par les doigts du gourmet soucieux de ne rajouter qu'un petit plus très éloigné du beaucoup trop, et puis, d'un trait définitif, laisse glisser sa prise dans le bol de lait que la prise initiale avait déjà généreusement chocolatée.

   Tout en refaisant ce geste quasi quotidien, une bête question prenait forme dans les brumes enveloppant mon petit neurone ce matin : mais pourquoi donc ce petit rajout de chocolat ? La quantité ajoutée est si peu importante comparée à l'apport de la première cuillerée que le goût en est bien peu changé. L'habitude, sans doute, mais qui vient de gestes anciens répétés dont la raison reste dans la question. Le sens de l'achèvement peut-être, comme le point clôturant la phrase ; de la chose bien assurée, dans le fil du "trop fort n'a jamais manqué" du marin ...

   Dans la foulée de mon éveil neuronal me sont apparus quelques "petits plus" du même acabit et dont certains ne sont pas sans risques. La pincée de poudre de café bien sûr, au risque de ne plus pouvoir poser le porte-filtre sur le percolateur. Le dé à coudre de pastis pour faire une dose incertaine, au risque de dépaser la dose, justement. Les exemples alimentaires sont légion. Mais d'autres également, comme dans les activités de bricolage. Le dernier tour de vis, au risque de détériorer et d'affaiblir finalement la fixation. Le dernier coup de marteau sur la tête de la pointe, au risque de marquer la pièce en cours de cloutage. Le dernier coup de pinceau, au risque de baver hors du cadre ou de gâcher une surface déjà séchante.

   À ces exemples des petits coups en plus qui risquent de se transformer en petits coups de trop, la tentation est grande d'en rajouter une louche, juste pour faire bien et signifier que la cause est entendue, mais ça serait au risque de fatiguer le lecteur et l'inciter à penser que trop, c'est trop et que tout ça, ça se discute. Non ?

Petit plus
Mettre les points sur les "i", au risque d'enfoncer des portes alors ouvertes sur les mauvaises humeurs ...

Lutin