mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 1er juin- Les petits plus
. 25 mai- Démopublique
. 18 mai- Parano
. 11 mai- Des stats
. 4 mai- Expliquez !
. 27 avril- Convaincre
. 20 avril- L'eus-tu cru ?
. 13 avril- L'esprit libre
. 6 avril- Questions de bac
. 30 mars- Génér'Hic
. 23 mars- Il y aura ...
. 16 mars- Fessée effacée ?
. 9 mars- Fatale méprise
. 2 mars- Humeur de Hummer
. 23 février- Rafale de mots
. 16 février- La machine humaine
. 9 février- Lire et compter
. 2 février- Nonagénaire
. 26 janvier- La coupe était vide
. 19 janvier- Vous êtes Charlie?
. 12 janvier- Je voeux !
. 5 janvier- Bonne Année

Les temps sont difficiles pour les sites dits "collaboratifs" qui doivent laisser quelques portes ouvertes ou possibles à ouvrir pour fonctionner : les petits plaisantins mal intentionnés se font un plaisir de les ouvrir ou de les enfoncer.

Après 15 ans d'usage de cette forme pas vraiment justifiée dans son cas, mamimadi revient à la bonne vieille interface classique.

Bonnes lectures !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

8 juin- Bricolage

   L'art du bricolage, ça s'apprend tout au long de la vie, mon bon monsieur. Le domaine en est tellement vaste qu'il n'y a pratiquement que des premières fois. Première pose de porte de garage, premier démontage de machine à café, première installation de caméra de surveillance connectée, première pose de revêtement de pont sur un bateau, ... Avec, à chaque fois, les longues périodes de recherche (comment ont fait les autres ? comment vais-je pouvoir faire ?), les nombreux moments de doute (le geste envisagé ne produira-t-il pas l'irréparable ? la solution adoptée sera-t-elle assez fiable, solide, pérenne ?), et puis le temps de la satisfaction mitigée du travail plus ou moins bien fait et qu'à tout coup on aurait pu faire mieux, temps par bonheur relativement court puisque rapidement rompu par l'appel à d'autres bricolages.

   Comme beaucoup d'apprentissages, l'art du bricolage, ça vient de loin, ma bonne dame. Comme devraient sans doute venir de loin la pratique des langues, de la logique (mathématique ou pas), de la musique, de la voile sur l'océan. Pour prendre un exemple qui n'est pas celui d'un roi de la bricole mais qui a l'avantage que je le connaisse un peu, je me souviens que dès mes sept ou huit ans j'assistais mon père sur ses chantiers d'électricité ou dans son atelier de mécanique, épiant ses gestes et tentant d'imaginer le prochain outil dont il aurait besoin afin que je puisse le lui tendre. Si j'avais à l'époque vu les mains de mon père sur le clavier d'un piano plutôt que sur les outils de la forge, ma vie de bricoleur en eût été vraisemblablement bouleversée ...

   Comme beaucoup d'apprentissages, l'art du bricolage se nourrit des apports de tous les autres, madame le(1) ministre de notre éducation nationale : physique, physiologie, mathématique, esthétique pour les plus évidents, mais aussi de toutes les briques qui ont progressivement structuré l'esprit du bricoleur. Madame le ministre ? Oui, madame le ministre, parce que vous semblez vouloir au contraire que nos jeunes scolaires acquièrent chaque discipline, non pas séparément, mais en interdisciplinarité, qu'ils s'approprient donc les briques de leurs savoirs, savoirs-faire et, finalement, de leur personnalité, par des réalisations préfabriquées. La préfabrication, c'est la standardisation dans le bas de gamme, n'est-ce pas ? C'est la satisfaction d'avoir érigé quelque chose en surface sans certitude sur la qualité des éléments installés. Vous dites, madame le ministre ? Que je mélange tout ? Que l'art de l'éducation, ça n'est pas du bricolage ?

Bricolage

(1) Bein oui, madame le ministre, une personne dont la fonction est d'administrer un ministère est bien un ministre. Non ?

Lutin