mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs


. 2 novembre- Fin de vie
. 26 octobre- Tristesse
. 19 octoble- Scipio
. 12 octobre- Le temps de l'avant
. 5 octobre- Les mains du salut
. 28 septembre- Marronniers
. 21 septembre- Jardin sociétal
. 14 septembre- Vingt-deux ans
. 7 septembre : Seul avec l'alter
. 31 août- Bruits et bruit
. 24 août- Chère gratuité
. 17 août- Je dirai malgré tout...
. 10 août- Moi et le monde
. 3 août- La raison masquée
. 27 juillet- Râler, convaincre, ignorer
. 20 juillet- Nuances, citoyens !
. 13 juillet- La nature maîtrisée
. 6 juillet- Anniversaire
. 29 juin- La chute
. 22 juin- Omniconvaincus
. 15 juin- Covidosceptiques
. 8 juin- Compétences
. 1er juin- R(é)ouvrir
. 25 mai- Surbooking ?
. 18 mai- La main aux fesses
. 11 mai- Verbicruciste
. 4 mai- Co-vide politique ?
. 27 avril- Navigation coronavirale
. 20 avril- la♪ la♪ la♪ lalère♪♪
. 13 avril- Quand pensez-vous ?
. 6 avril- Cérébralitudes
. 30 mars- Corona viré !
. 23 mars- Incivilité dangereuse !
. 16 mars- Incivilité dangereuse ?
. 9 mars- La pression
. 2 mars- Municipales
. 24 février- Convivialité.
. 17 février- Possiblement
. 10 février- Grain de vie
. 3 février- Oscillatoire ?
. 27 janvier- Harry Quebert
. 20 janvier- Surhumanité
. 13 janvier- GAFA
. 6 janvier- 20/20eux
. 30 décembre- Flèche brisée ?
. 23 décembre- Lacrima qui strie
. 16 décembre- Battre en retraite
. 9 décembre- Respectons-nous !
. 2 décembre- Galères
. 25 novembre- Charybde et Scylla
. 18 novembre- Doucherie


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

9 novembre - Des cendres

      Que faire de nos morts ? Quelle suite donner à la vie commune ?

      Il n'y a guère, le choix n'existait point et l'inhumation était la règle. Ainsi reposaient les morts, dans l'attente de leur résurrection pour les croyants, dans l'attente de la visite annuelle de la Toussaint pour les proches, dans l'espoir d'une reconnaissance posthume de la vie de l'inhumé pour tous.

Cendres      Depuis quelques décennies dans nos pays dits occidentaux, la crémation est un choix qui va croissant, obtient aujourd'hui la préférence de plus de la moitié des Français et sera majoritaire dans quelques années. "Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière", est-il écrit dans la Genèse. L'incinération des corps ne faisant qu'accélérer - considérablement, certes - la transformation des organismes en cendres, on comprend qu'elle soit choisie aussi bien par les mécréants qui ne croient pas à la résurrection physique des corps que par les croyants relativistes qui n'y croient plus et par tous ceux qui pensent que le cimetière est ou sera un jour trop éloigné pour être correctement entretenu et régulièrement visité. C'est ainsi : en même temps que les croyances ont changé au détriment des religions, le temps des actifs s'est accéléré et leurs terrains de jeux se sont étendus bien au-delà des bourgs de Jadis.

      Contrairement au choix de l'inhumation, celui de la crémation ne ferme pas le champ des options secondaires. Que faire des cendres ?

      Leur placement dans une urne en vue de leur enfermement dans un columbarium ou leur enterrement dans un cavurne permet de créer un point du souvenir pour les proches et le public, moins flamboyant qu'une tombe mais aussi moins gourmand en entretien. Leur dispersion réglementée en pleine nature efface définitivement toute trace publique du passage ici-bas de la personne décédée et prive les proches d'un potentiel point de rencontre posthume avec le défunt. La même dispersion dans un "jardin du souvenir", complétée d'une plaque commémorative, semble une solution permettant de re-susciter le souvenir de ceux qui le souhaiteraient sans être une charge pour quiconque.

      Vous avez compris que cette dernière disposition est celle que je souhaiterais voir appliquer lorsque je serai feu, c'est-à-dire tout à fait éteint...

Lutin