mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 11 novembre- Cris en thème
. 4 novembre- RAM et ROM
. 28 octobre- Spamophobique
. 21 octobre- Les djeunes
. 14 octobre- Les zabeilles
. 7 octobre- Le      (*)
. 30 septembre- L'Art et ses Chapelles
. 23 septembre- Mon petit Ofpra pratique
. 16 septembre- Bande à part, sacrebleu !
. 9 septembre- Enthousiasmant et incertain
. 2 septembre- Trois breton·nantes
. 26 août- Trois fois un·e
. 19 août- Célibataires stigmatisés
. 12 août- Eurêka !
. 5 août- Connecté !
. 29 juillet- Fractalité !
. 22 juillet- Abus de pouvoir
. 15 juillet- Homéopathie
. 8 juillet- Prof et prof
. 1er juillet- J'ai 27 ans !
. 24 juin- London, the feedback
. 17 juin- Voyage en terre inconnue
. 10 juin- Sport de haut niveau
. 3 juin- Bro Gozh ma Zadoù
. 27 mai- Vincent et les autres
. 20 mai- L'Europe ! L'Europe !
. 13 mai- Recyclage
. 6 mai- Idée fumeuse
. 29 avril- Ma dernière tante
. 22 avril- De NDDL à NDDP
. 15 avril- Bricolite aiguë
. 8 avril- Smartphone
. 1er avril- Rapports perçus
. 25 mars- Yéti, où es-tu ?
. 18 mars- Brumes cérébrales
. 11 mars- Langage enrageant
. 4 mars- Casse-béton
. 25 février- Trop tard !
. 18 février- Intersectionnalité
. 11 février- Contes philosophiques
. 4 février- 1... 2... 3... 4... 5 !
. 28 janvier- La photaquarelle
. 21 janvier- Les mots cons dits
. 14 janvier- Vaste programme
. 7 janvier- En vœux-tu ? En voilà !
. 31 décembre- Des mots nouveaux
. 24 décembre- Le Grand débat
. 17 décembre- Des notes et des mots
. 10 décembre- L'idée du matin
. 3 décembre- C.Q.F.Démocratie
. 26 novembre- Musique jaune


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

18 novembre - Doucherie

      Toutes les solutions sont possibles pour installer une douche dans sa pette maison, de la plus luxueuse (et onéreuse) à la plus économique (et banale), de la quasi station d'hydro-massage installée dans le marbre, le verre et la belle faïence à la bête pomme fixée au dessus du bac en grès entouré de murs laqués et d'un rideau. Le choix se réduit énormément lorsqu'on veut le faire soi-même et le plus rapidement possible : écartés carrelages et faïences bien longs mettre en œuvre, adoptée la cabine, plus ou moins équipée, plus ou moins luxueuse. Il suffit d'assembler et de raccorder.

      Ouais...

Douche      Les colis sont là, longs en encombrants, posés verticalement le long du mur de la salle d'eau. Verticalement comme durant toute la durée de leur transport et lors de chaque manutention, fragilité des parois de verre oblige. La couleur est mise d'entrée, celle de la crainte de la casse, de la précaution permanente, des manipulations lentes et réfléchies. Le montage ikéasien ne semble pas impossible, il est seulement retardé dès le déballage par la préparation du lieu de pose en fonction des mesures prélevées sur certains éléments. Une cabine de douche n'est pas un simple meuble, aussi compliqué soit-il, elle doit de plus être raccordée aux canalisations d'eau chaude et eau froide ainsi qu'à une évacuation.

      Et c'est là que l'affaire se corse ainsi qu'on dit en Presqu'Île (de beauté)...

      Elle se corse parce qu'une cabine de douche est généralement installée dans un angle de la pièce, parce qu'une fois montée elle est si lourde qu'elle ne peut être que glissée, parce que si des raccords souples sont utilisables depuis quelques décennies pour les raccordements d'eau, laissant quelque possibilité de déplacement, il n'en va pas de même avec l'évacuation qui impose un déplacement minime, limité par les piétements de la cabine (Petit Larousse pour piétement : "Ensemble des pieds d'un meuble", et : "Courte tuyauterie terminée par une bride pour le raccordement d'une canalisation".

      Alors quoi ?

      Alors, il convient de ne pas suivre la notice de montage à la lettre, elle qui suppose possible le contournement intégral, afin de poser chaque élément quand il est encore possible de le faire, éventuellement au prix de grosses contorsions, de patience poussée au maximum, de pics d'habileté développée jusqu'au bout des doigts et d'ingéniosité bricoleuse. Alors, à la fin, c'est le bricoleur qui gagne. Il gagne le plaisir de constater le travail enfin réalisé. Il gagne le droit d'entrer dans la cabine pour sa première douche, sans doute la plus appréciée de toutes...

 

 

Lutin