mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 10 août- Moi et le monde
. 3 août- La raison masquée
. 27 juillet- Râler, convaicre, ignorer
. 20 juillet- Nuances, citoyens !
. 13 juillet- La nature maîtrisée
. 6 juillet- Anniversaire
. 29 juin- La chute
. 22 juin- Omniconvaincus
. 15 juin- Covidosceptiques
. 8 juin- Compétences
. 1er juin- R(é)ouvrir
. 25 mai- Surbooking ?
. 18 mai- La main aux fesses
. 11 mai- Verbicruciste
. 4 mai- Co-vide politique ?
. 27 avril- Navigation coronavirale
. 20 avril- la♪ la♪ la♪ lalère♪♪
. 13 avril- Quand pensez-vous ?
. 6 avril- Cérébralitudes
. 30 mars- Corona viré !
. 23 mars- Incivilité dangereuse !
. 16 mars- Incivilité dangereuse ?
. 9 mars- La pression
. 2 mars- Municipales
. 24 février- Convivialité.
. 17 février- Possiblement
. 10 février- Grain de vie
. 3 février- Oscillatoire ?
. 27 janvier- Harry Quebert
. 20 janvier- Surhumanité
. 13 janvier- GAFA
. 6 janvier- 20/20eux
. 30 décembre- Flèche brisée ?
. 23 décembre- Lacrima qui strie
. 16 décembre- Battre en retraite
. 9 décembre- Respectons-nous !
. 2 décembre- Galères
. 25 novembre- Charybde et Scylla
. 18 novembre- Doucherie
. 11 novembre- Cris en thème
. 4 novembre- RAM et ROM
. 28 octobre- Spamophobique
. 21 octobre- Les djeunes
. 14 octobre- Les zabeilles
. 7 octobre- Le      (*)
. 30 septembre- L'Art et ses Chapelles
. 23 septembre- Mon petit Ofpra pratique
. 16 septembre- Bande à part, sacrebleu !
. 9 septembre- Enthousiasmant et incertain
. 2 septembre- Trois breton·nantes
. 26 août- Trois fois un·e


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

17 août - Je dirai malgré tout...

     Comme la plupart des personnes vieillissantes un peu lucides, j'adhère à la formule que Jean d'Ormesson promenait dans les médias : "Je ne sais pas quand je mourrai mais j'en ai une idée de plus en plus précise". La durée de chaque parcours humain sur Terre est inconnue mais durée probable et durée maximale sont connues et permettent d'éclairer le reste à traverser pour qui voyage les yeux ouverts.

Je dirai...     Au terme du périple vient le temps du bilan et du ressenti, d'un retour sur images qui ne peut, ici, en attendre la toute fin. Jean d'Ormesson a résumé le diaporama de sa vie en une bien courte phrase pour un titre bien long : "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle". Une sentence qui tourne désormais régulièrement dans ma petite tête, telle l'antienne du dernier acte sur les planches, le jingle de la dernière scène sur l'écran.

     Je dirai...

     "Je dirai" et non pas "je dirais". Le futur qui affirme et non pas le conditionnel qui doute. Ces deux mots résonnent comme une prétention que cela sera dit même si on ignore les circonstances qui mèneront au moment où cela pourra être dit, une projection de la volonté dans un futur où cette volonté peut défaillir, une approbation du passé par contumace. Et ça me convient.

     ...malgré tout...

     Sans virgules. "Je dirai, malgré tout,.." aurait semblé empaqueter ce tout mal vécu ou revisité de mauvais gré, le mettre à part du tout pour qu'un tout photoshopé soit plus présentable à la fin du conte. "Je dirai malgré tout" inclut le tout au tout. Tout ça me va bien.

     ... que cette vie...

     Non pas "ma vie", trop restrictif, mais "cette vie" d'être humain, citoyen, amoureux, acteur multicarte comme l'est ou peut l'être tout un chacun. "Cette vie" est "ma vie" sur Terre, dans le monde, avec les autres et mes proches. La plus-value est d'importance au moment du bilan.

     ... fut belle.

     Paradoxe que cette vie qui fut et n'existe donc plus au moment où la contemplation de son ensemble est enfin possible ! Fut-elle exceptionnelle, chanceuse, laborieuse, méritante, difficile, satisfaisante admirable ? Non, elle ne fut que belle. Tant de choses peuvent être belles... On pourrait penser qu'une vie mériterait mieux que ce qualificatif si galvaudé. Près de deux cents synonymes sont proposés pour "beau" (voir le dictionnaire électronique des synonymes), mais, si chacun recouvre une partie de sa signification, aucun n'atteint une telle globalité pour une telle simplicité.

     Et alors quoi ?

     Alors bien sûr, je ne sais pas quand je dirai malgré tout que cette vie fut belle, mais j'en ai une idée de plus en plus précise...

 

Lutin