mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 2 septembre- Trois breton·nantes
. 26 août- Trois fois un·e
. 19 août- Célibataires stigmatisés
. 12 août- Eurêka !
. 5 août- Connecté !
. 29 juillet- Fractalité !
. 22 juillet- Abus de pouvoir
. 15 juillet- Homéopathie
. 8 juillet- Prof et prof
. 1er juillet- J'ai 27 ans !
. 24 juin- London, the feedback
. 17 juin- Voyage en terre inconnue
. 10 juin- Sport de haut niveau
. 3 juin- Bro Gozh ma Zadoù
. 27 mai- Vincent et les autres
. 20 mai- L'Europe ! L'Europe !
. 13 mai- Recyclage
. 6 mai- Idée fumeuse
. 29 avril- Ma dernière tante
. 22 avril- De NDDL à NDDP
. 15 avril- Bricolite aiguë
. 8 avril- Smartphone
. 1er avril- Rapports perçus
. 25 mars- Yéti, où es-tu ?
. 18 mars- Brumes cérébrales
. 11 mars- Langage enrageant
. 4 mars- Casse-béton
. 25 février- Trop tard !
. 18 février- Intersectionnalité
. 11 février- Contes philosophiques
. 4 février- 1... 2... 3... 4... 5 !
. 28 janvier- La photaquarelle
. 21 janvier- Les mots cons dits
. 14 janvier- Vaste programme
. 7 janvier- En vœux-tu ? En voilà !
. 31 décembre- Des mots nouveaux
. 24 décembre- Le Grand débat
. 17 décembre- Des notes et des mots
. 10 décembre- L'idée du matin
. 3 décembre- C.Q.F.Démocratie
. 26 novembre- Musique jaune
. 19 novembre- François, le retour
. 12 novembre- (Dés)équilibres
. 5 novembre- La Toussaint
. 29 octobre- Entrepreneuse
. 22 octobre- Sport électrique !
. 15 octobre- Horribilis
. 8 octobre- Faire avec
. 1er octobre- Bêtise vs intelligence
. 24 septembre- Moyen ?
. 17 septembre- Yapuka !


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

9 septembre - Enthousiasmant et incertain

      Une ancienne collègue et néanmoins amie (comme on dit pléonastiquement pour les cas les plus fréquents, je pense :-) m'invite à collaborer à la construction d'un ensemble de souvenirs concernant notre ancien cadre commun de travail, le lycée La Mennais de Guérande.

      L'enthousiasme m'est d'abord monté au front avant que le doute n'emplisse sournoisement mais non moins sûrement mon esprit. Des souvenirs ? Bien sûr ! Mais où sont-ils ? Où se terrent-ils ces dépôts d'évènements, de sensations, de sentiments qui m'ont pourtant tant marqué, tant fait vibré et dont je peine, quelque quinze-vingt ans après, à éprouver les tressaillements rétrospectifs, les vibrations rétroactives, voire même parfois les ondes doucement mémorielles ?

      Les images sont là, pourtant. Plus ou moins délavées, distordues, amalgamées dans la lente rumination de ma nébuleuse neuronique. Elles s'extirpent de la masse au hasard, telles des bulles hésitantes. Les plus grosses sont évidemment les plus récentes. Ma dernière classe bien sûr, la meilleure parce que c'était la dernière, celle que j'ai voulu vivre intensément. Parce que j'y ai croisé mes meilleur·e·s élèves, parce que les moins bon·ne·s étaient parmi les plus sympas jamais rencontré·e·s, parce que j'en aperçois encore aujourd'hui quelques-uns et quelques-unes sur Facebook, parce que...

      Le rappel à ma mémoire des cadres obligés de mon travail accélère ensuite l'émergence des bulles d'images. Une salle de classe, le tableau derrière moi et cette grande fille souvent en blanc, un peu revêche, ce garçon écrasé par l'ambition démesurée de ses parents pour sa carrière professionnelle. Le labo de Physique, sa grande paillasse surélevée et celui-là, installé tout au fond, qui contribue à l'explication du préfixe "dia" du barbare "diastéréoisomérie" en me proposant "diarrhée" dans un fou rire général. La salle informatique et celle-là dont je sollicite davantage d'investissement et qui me lance : "Mais apprenez-moi ! C'est votre travail !" Le labo de chimie et tous ces jeunes en blouse blanche, bien remuants derrière les paillasses, les tubes à essais, le bec Bunsen et le désordre des apprentis scientifiques. La salle multimédia où l'envie est venue à ces deux là de construire un site internet pour leur lycée. Le CDI, la cour de récré, les cadres hors les murs aussi pour les voyages scolaires, les visites d'entreprises, les activités extrascolaires telles que ce trophée des lycées pour les amateurs de marine à voile.

Trophée voile

      Oui, il reste des photos dans la boite à images, mais ce ne sont pas des images-qui-bougent, le temps en est absent. Le son, les voix, les bruits, ces ondes qui n'existent que dans la durée n'ont pas d'enregistrement équivalent à celui des images. Les odeurs non plus, ni toutes ces perceptions et sensations qui ont besoin de temps. Si je peux me souvenir que ce grand gaillard avait la voix étonnamment aiguë ou que le parfum de l'essence de lavandin extrait par les élèves au labo de chimie était particulièrement entêtant, je ne perçois plus ni l'une ni l'autre. Comme pour les bulles fixes des bandes dessinées, le temps associé aux images n'est plus directement accessible, n'est que suggéré et doit être lui-même mentalement reconstruit pour bâtir une éventuelle story.

      Et c'est tout un travail, très chère collègue ! Enthousiasmant et incertain...

Lutin