mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 11 janvier- Anormalitude
. 4 janvier- Pic de tension
. 28 décembre- Les chants de Noël
. 21 décembre- Le complexe du médiocre
. 14 décembre- L'arme des pleurs
. 7 décembre- Vaccinez-vous !
. 30 septembre- Vivre l'absence
. 23 novembre- Demi-oranges divines
. 16 novembre- À toi
. 9 novembre- Des cendres
. 2 novembre- Fin de vie
. 26 octobre- Tristesse
. 19 octoble- Scipio
. 12 octobre- Le temps de l'avant
. 5 octobre- Les mains du salut
. 28 septembre- Marronniers
. 21 septembre- Jardin sociétal
. 14 septembre- Vingt-deux ans
. 7 septembre : Seul avec l'alter
. 31 août- Bruits et bruit
. 24 août- Chère gratuité
. 17 août- Je dirai malgré tout...
. 10 août- Moi et le monde
. 3 août- La raison masquée
. 27 juillet- Râler, convaincre, ignorer
. 20 juillet- Nuances, citoyens !
. 13 juillet- La nature maîtrisée
. 6 juillet- Anniversaire
. 29 juin- La chute
. 22 juin- Omniconvaincus
. 15 juin- Covidosceptiques
. 8 juin- Compétences
. 1er juin- R(é)ouvrir
. 25 mai- Surbooking ?
. 18 mai- La main aux fesses
. 11 mai- Verbicruciste
. 4 mai- Co-vide politique ?
. 27 avril- Navigation coronavirale
. 20 avril- la♪ la♪ la♪ lalère♪♪
. 13 avril- Quand pensez-vous ?
. 6 avril- Cérébralitudes
. 30 mars- Corona viré !
. 23 mars- Incivilité dangereuse !
. 16 mars- Incivilité dangereuse ?
. 9 mars- La pression
. 2 mars- Municipales
. 24 février- Convivialité.
. 17 février- Possiblement
. 10 février- Grain de vie
. 3 février- Oscillatoire ?
. 27 janvier- Harry Quebert


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

18 janvier - Voile impudique

      La pratique de la voile sur l'océan est une bonne source de métaphores adaptées à la vie amoureuse. Non ? Et pourtant...

      L'océan, c'est souvent la douceur, la sérénité, le frisson de sa surface sous la caresse du vent léger, intermittent, imprévisible. C'est aussi, lorsque la brise se fait insistante, les vaguelettes qui s'y forment, de plus en plus nombreuses, de plus en plus nerveuses.

      L'océan, c'est la vague creusée et poussée par le vent jusqu'à la renverser sous des gerbes d'écume blanche et légère, c'est la vague qui monte, s'enroule sur elle-même, explose dans un jaillissement d'embruns et s'effondre en un dernier fracas.

      L'océan, c'est la houle d'après la tempête, les courbes en mouvement, de plus en plus lisses, de moins en moins hautes, et qui vont témoigner de son excitation passée jusqu'aux rivages rencontrés.

      La voile est un médium, peut-être LE médium pour saisir et s'emparer des différents états d'âme de l'océan. Non ? Et pourtant...

      La voile, ce sont les filets d'air qui glissent sur la toile, les chutes qui frémissent sous leurs caresses et qu'il faut border quand ils deviennent plus nerveux. Ce sont les écoutes - les bien nommées - qu'il faut saisir du bout des doigts ou prendre à bras le corps pour les choquer quand le bateau s'affole et les reprendre dès qu'il devient trop sage.

      La voile, c'est le doux cliquetis de la carène glissant sur l'eau par temps de demoiselle, c'est le grondement des vagues garnies d'écume alors qu'elles assaillent et soulèvent l'embarcation, c'est la longue et tonitruante vibration qui accompagne chaque surf sur la houle bien formée, dans le vent puissant et établi.

      À la barre de son voilier porté par l'eau, emporté par le vent, l'amoureux de l'océan ne peut que chercher à se fondre dans cet univers qui le comble, faire corps avec lui jusqu'à s'y perdre parfois, jusqu'à l'extase souvent, jusqu'à la nostalgie toujours. Non ? Pourquoi non ?


PS : cette petite humeur paraît une semaine dont un jour - le 21 janvier - est la journée internationale des câlins. Ça n'était pas prévu mais ça tombe bien. Oui ?

Voiles

Lutin