mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


comme pLes dernières humeurs

. 09/05/2022- Ça se discute
. 02/05/2022- Désirs délirants
. 25/04/2022- Dé(com)bat électoral
. 18/04/2022- Péta, peta
. 11/04/2022- Casse-têtes
. 04/04/2022- Qu'c'est embêtant
. 28/03/2022- Bar à thon
. 21/03/2022- Blablatin
. 14/03/2022- Généalogie
. 07/03/2022- Guère de paix...
. 28/02/2022- Vide-mémoire
. 21/02/2022- Joueurs destructeurs
. 14/02/2022- Ouf !
. 07/02/2022- Tintouin yakiste
. 31/01/2022- Scène anthropique
. 24/01/2022- Scénarêve
. 17/01/2022- Pax bornés...
. 10/01/2022- Vive le réchauffement :-)
. 03/01/2022- Bonne Année !
. 27/12/2021- Crèches laïques
. 20/12/2021- Adieu l'ami
. 13/12/2021- Le Diable et le bon Dieu
. 06/12/2021- Allergies télévisuelles
. 29/11/2021- Automne(s)
. 22/11/2021- Radotage douteux
. 15/11/2021- Les dunes de La Turballe
. 08/11/2021- Mamie Greta
. 01/11/2021- Voyages, voyage
. 25/10/2021- Un an
. 18/10/2021- Avec humanité
. 11/10/2021- Avec humanité
. 04/10/2021- Nucléolien
. 27 septembre- Effacement libérateur ?
. 20 septembre- Brisures de l'âge
. 13 septembre- La réalité des choses
. 6 septembre- La plénitude par le vide
. 30 août- Le carquois de Zoroastre
. 23 août- Amitiés émiettées
. 16 août- Pauvre République !
. 9 août- Le prix de la civilité
. 2 août- Ouvrir l'œil
. 26 juillet- De bonne humeur
. 19 juillet- Fin de vie ?
. 12 juillet- Récompenses
. 5 juillet- Plats et gamelles
. 28 juin- Poils à grater
. 21 juin- Canto-régionales
. 14 juin- Fugacités
. 7 juin- Chemins faisant
. 31 mai- Objets inanimés...
. 24 mai- Un printemps pour toi


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

16/05/2022 - Trop bien !

      Je suis finalement assez content de m'être obligé à écrire cette petite humeur depuis vingt-trois (23) ans que ça dure, dur, dur par moments, quand le temps manque, qu'internet est bien loin ou que les idées sont à la peine, par exemples.

      Je suis content pour plein de raisons, forcément, mais la plus drôle est que ce petit travail m'a souvent aidé à m'endormir, le soir et pendant quelques insomnies de pleine nuit. Il paraît qu'il y en a qui comptent les moutons, j'ai essayé mais ça ne marche pas pour moi. Alors je me mets en mode vagabondage dans mes pensées, à la recherche du bon sujet.

      À la base, essayer de s'endormir en mettant ses neurones au travail, ça interroge, non ? Si, si, je vois bien...

      C'est qu'il s'agit bien d'errance et donc de laisser les idées entrer dans le jeu, se promener, se prendre par la main, faire des rondes, rompre pour d'autres rondes. Sans savoir le pourquoi du comment, des projecteurs s'allument parfois dans un coin et des mots commencent à décrire ce ce qu'ils voient. J'avoue, les premières phrases vont rarement bien mais je les laisse elles aussi survoler librement le spectacle baigné de lumières encore brumeuses et s'y ajuster comme bon leur semble.

      Parfois, rarement, la brume se disperse et la lumière éclaire la trouvaille. Vite fait, bien fait avant qu'un nouveau brouillard n'envahisse mes méninges, il faut la fixer, la mémoriser pour qu'elle soit disponible devant le clavier de l'ordinateur, la déjoucquée venue. L'affaire est simple et bien rôdée : trois reconstructions en toute conscience assurent le stockage pour le reste de la nuit. Le contentement de soi qui s'ensuit induit alors assez rapidement l'entrée dans un sommeil bien mérité. Alléluia !

      Le plus souvent, le sommeil survient alors que le brouillard s'épaissit sur le ballet de mes pensées plus ou moins conscientes. Pourtant, au jour d'aujourd'hui, personne n'est sans ignorer (:-), au cas où...) que les neurones travaillent même quand on n'est pas en état de s'en rendre compte. Pour faire court, l'aube suivante arrive, au mieux avec du grain à moudre, au pire avec une invitation à revenir vers le rendez-vous de la nuit, pour une nouvelle ronde.

      Du coup, elle est pas belle, la vie ?

Songeries

Lutin