mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 20/06/2022- Arrête ton char !
. 13/06/2022- Incroyables professions !
. 06/06/2022- De la coque à l'âme
. 30/05/2022- Oulipo
. 23/05/2022- C'est pour de rire, hein ?
. 16/05/2022- Trop bien !
. 09/05/2022- Ça se discute
. 02/05/2022- Désirs délirants
. 25/04/2022- Dé(com)bat électoral
. 18/04/2022- Péta, peta
. 11/04/2022- Casse-têtes
. 04/04/2022- Qu'c'est embêtant
. 28/03/2022- Bar à thon
. 21/03/2022- Blablatin
. 14/03/2022- Généalogie
. 07/03/2022- Guère de paix...
. 28/02/2022- Vide-mémoire
. 21/02/2022- Joueurs destructeurs
. 14/02/2022- Ouf !
. 07/02/2022- Tintouin yakiste
. 31/01/2022- Scène anthropique
. 24/01/2022- Scénarêve
. 17/01/2022- Pax bornés...
. 10/01/2022- Vive le réchauffement :-)
. 03/01/2022- Bonne Année !
. 27/12/2021- Crèches laïques
. 20/12/2021- Adieu l'ami
. 13/12/2021- Le Diable et le bon Dieu
. 06/12/2021- Allergies télévisuelles
. 29/11/2021- Automne(s)
. 22/11/2021- Radotage douteux
. 15/11/2021- Les dunes de La Turballe
. 08/11/2021- Mamie Greta
. 01/11/2021- Voyages, voyage
. 25/10/2021- Un an
. 18/10/2021- Avec humanité
. 11/10/2021- Avec humanité
. 04/10/2021- Nucléolien
. 27 septembre- Effacement libérateur ?
. 20 septembre- Brisures de l'âge
. 13 septembre- La réalité des choses
. 6 septembre- La plénitude par le vide
. 30 août- Le carquois de Zoroastre
. 23 août- Amitiés émiettées
. 16 août- Pauvre République !
. 9 août- Le prix de la civilité
. 2 août- Ouvrir l'œil
. 26 juillet- De bonne humeur
. 19 juillet- Fin de vie ?
. 12 juillet- Récompenses


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

27/06/2022 - 75%

      Trois quarts de siècle. La semaine prochaine une fois écoulée, la Terre aura supporté mon humble personne pendant trois quarts de siècle. Un bail qui ne fait pas de moi le Seigneur des baux (bof !) alors que les centenaires sont de plus en plus nombreux dans le monde : autour de 400 000 à ce qu'on dit, dont 20 000 dans notre Hexagone préféré.

      Bon, devenir centenaire n'est pas forcément un but dans la vie. D'abord parce que cet Himalaya semble réservé à bien peu d'humains (0,005% si mes comptes sont exacts). Ensuite parce que les conditions de vie durant une bonne part du dernier quart d'existence sont souvent peu enviables. Parce qu'enfin et surtout, lorsque trois quarts font le plein, convoiter quatre quarts relève du péché de gourmandise.

      Banalités que tout cela, mais quand même...

      Quand même, les gens de ma génération ont été bien chanceux de débarquer après la répétition de la bien mal nommée "der des ders", de grandir hors de l'enfermement des écrans et des réseaux, de se construire - pour la plupart - suivez mon regard - au sein de familles moins promptes au délitement, de bénéficier d'une instruction sans doute plus consistante, d'être attendus sur le marché du travail, de réaliser des carrières professionnelles jusqu'à une retraite "raisonnable" à plusieurs titres.

      L'époque a pu être vécue de façon plutôt enthousiasmante, les révolutions dans tous les domaines y étant apparues plus nombreuses en cent ans que pendant le millénaire précédent. Électronique, informatique, robotique, énergie, espace, médecine, génétique,... La santé, l'information, le savoir, le confort, les transports, les loisirs ont bénéficiés des multiples petits pas et grands bonds en avant effectués quasi quotidiennement.

      Tout n'a évidemment pas été rose mais les murs ne semblaient jamais infranchissables et le meilleur restait alors envisageable.

      Chaque génération en vient peut-être à penser après trois quarts de siècle pleinement vécus que son époque fut un tournant dans l'histoire de l''Humanité et ces trois derniers quarts ne sortiraient alors pas du lot. Pourtant, les horizons énergétiques, écologiques, biologiques semblent bien se réfermer actuellement et les révolutions scientifiques, technologiques et sociétales des trois quarts de siècle prochains devront être encore bien supérieures aux révolutions passées. Elles restent pour l'heure inimaginables. Si ?

Lutin