mamimadi 2011-2015
mamimadi 2007-2011
mamimadi 1999-2007
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 2 août- Ouvrir l'œil
. 26 juillet- De bonne humeur
. 19 juillet- Fin de vie ?
. 12 juillet- Récompenses
. 5 juillet- Plats et gamelles
. 28 juin- Poils à grater
. 21 juin- Canto-régionales
. 14 juin- Fugacités
. 7 juin- Chemins faisant
. 31 mai- Objets inanimés...
. 24 mai- Un printemps pour toi
. 17 mai- Mystère pictural
. 10 mai- Sujets de bac
. 3 mai- Fan de "Niet !"
. 26 avril- Toys in
. 19 avril- Tristes obsèques
. 12 avril- Départ différé
. 5 avril- Tous piqués ?
. 29 mars- De l'art et des mots
. 22 mars- Pie 7 et prés carrés
. 15 mars- Jaillissements déplacés
. 8 mars- Vies communicantes
. 1er mars- Grains de sel
. 22 fécrier- Le sel de la vie
.15 février- La vie à vue
. 8 février- Rapport à la fiiiibre
. 1er février- En finir avec la covid
. 25 janvier- Échanges étranglés
. 18 janvier- Voile impudique
. 11 janvier- Anormalitude
. 4 janvier- Pic de tension
. 28 décembre- Les chants de Noël
. 21 décembre- Le complexe du médiocre
. 14 décembre- L'arme des pleurs
. 7 décembre- Vaccinez-vous !
. 30 septembre- Vivre l'absence
. 23 novembre- Demi-oranges divines
. 16 novembre- À toi
. 9 novembre- Des cendres
. 2 novembre- Fin de vie
. 26 octobre- Tristesse
. 19 octoble- Scipio
. 12 octobre- Le temps de l'avant
. 5 octobre- Les mains du salut
. 28 septembre- Mar ronniers
. 21 septembre- Jardin sociétal
. 14 septembre- Vingt-deux ans
. 7 septembre : Seul avec l'alter
. 31 août- Bruits et bruit
. 24 août- Chère gratuité
. 17 août- Je dirai malgré tout...


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

9 août - Le prix de la civilité

      Halte aux incivilités ! Les citoyens sont stressés, les profs sont malmenés, les soignants sont agressés, les pompiers sont attaqués et même les commissariats sont assiégés.

      Partout. Sur la route, dans la rue, sur la plage, dans les parcs, au restaurant, à l'école et jusqu'à la maison. Partout où le citoyen normal devrait pouvoir accéder normalement.

      Tout le temps. 24/7. Le jour et la nuit, du lundi au dimanche, pendant les repas, le concert, la sieste, les transports et toutes ces activités normales d'une personne normale.

      Normal, normalitude... quèsaco ? Normal sûrement que bébé crie pendant à l'heure du JT. Normal sans doute qu'une moto traversant la ville fasse du bruit, même la nuit. Normal peut-être que le voisin passe la tondeuse pendant la sieste, que des jeunes fanfaronnent sur la roue arrière de leurs vélos ou de leurs scooters. Certainement pas normal que de moins jeunes s'arrangent avec les limitations de vitesse, les crottes de leurs chiens, leurs mégots, masques usagés et autres déchets largués dans le domaine public. Évidemment pas normal que des manifestants, toutes brides larguées, prennent la démocratie en otage ou que des puissants véreux s'enrichissent de la laine tondue sur le peuple.

      Le bon sens devrait suffire pour éviter d'avoir à définir une norme établissant la limite des nuisances infligeable à autrui. Le bon sens épaulé du sens commun issu d'une éducation commune. Mais le bon sens ne semble pas commun et les moyens accordés à l'éducation paraissent bien éloignés des besoins dans ce domaine comme dans celui de la pure formation intellectuelle.

      En attendant la réalisation utopique d'un peuple véritablement éduqué capable de prendre en charge son bien-être sans qu'on ait besoin de lui imposer les moyens d'y parvenir, il semble donc nécessaire d'édicter des normes. Combien de décibels ? À quelles heures ? Quelles vitesses limites ? Sur quelles voies ?

      La mise en règles de la vie sociétale ne suffit pourtant pas. Si les oublieux du bon sens peuvent y trouver repères et rappels, la marge des insensés n'en aura cure ou bien même se délectera de leurs dépassements s'ils ne sont pas sanctionnés.

      Halte aux incivilités ? Aménageons, éduquons, sanctionnons. Vaste programme qui demande beaucoup de sous ? Question de priorité : le peuple connait-il le coût de la construction, du fonctionnement, de l'entretien et puis du démantèlement d'un porte-avion nucléaire équipé de sa quarantaine d'appareils de guerre, servi par deux mille personnes, et pourtant totalement inadapté pour contrer les guerres terroristes actuelles ? Bon, discutons-en alors...

Lutin