mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 1er avril- Rapports perçus
. 25 mars- Yéti, où es-tu ?
. 18 mars- Brumes cérébrales
. 11 mars- Langage enrageant
. 4 mars- Casse-béton
. 25 février- Trop tard !
. 18 février- Intersectionnalité
. 11 février- Contes philosophiques
. 4 février- 1... 2... 3... 4... 5 !
. 28 janvier- La photaquarelle
. 21 janvier- Les mots cons dits
. 14 janvier- Vaste programme
. 7 janvier- En vœux-tu ? En voilà !
. 31 décembre- Des mots nouveaux
. 24 décembre- Le Grand débat
. 17 décembre- Des notes et des mots
. 10 décembre- L'idée du matin
. 3 décembre- C.Q.F.Démocratie
. 26 novembre- Musique jaune
. 19 novembre- François, le retour
. 12 novembre- (Dés)équilibres
. 5 novembre- La Toussaint
. 29 octobre- Entrepreneuse
. 22 octobre- Sport électrique !
. 15 octobre- Horribilis
. 8 octobre- Faire avec
. 1er octobre- Bêtise vs intelligence
. 24 septembre- Moyen ?
. 17 septembre- Yapuka !
. 10 septembre- C'était mamie
. 3 septembre- Mamie aimait
. 27 août- Prendre par la main
. 20 août- Faire et paraître
. 13 août- Tourisme de masse
. 6 août- Le médecin et l'homme
. 30 juillet- La belle rue
. 23 juillet- Palliatif
. 16 juillet- Êtes-vous Pavard ?
. 9 juillet- Cadeau inutile
. 2 juillet- Soins, soins !
. 25 juin- 80 km/h
. 18 juin- Ave, c'est Google
. 11 juin- Purgatoire routier
. 4 juin- Algo dys trophie
. 28 mai- Nouveaux adhérents ?
. 21 mai- Respect !
. 14 mai- L'homme qui a vu l'ours
. 7 mai- Jeux libérés
. 30 avril- Des profs et un ministre
. 23 avril- Des jours comme ça


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

8 avril - Smartphone

      Jacky, ton smartphone ! Tu vas l'oublier !... Merci l'amie. Mais comment peut-on oublier un smartphone qui est son smartphone ? On a son smartphone comme on a son médecin ou sa banquière. Il nous suit maintenant partout, comme collé à la peau qu'il irrite parfois, qu'il démange souvent, qu'il caresse parfois, souvent dans le sens du poil.

      Il est de la famille, connait nos amis, nos relations et nos affaires ; il peut les ramener à notre bon (ou mauvais) souvenir) au bout d'un clic. Il accompagne nos actions incontournables, les anniversaires, les rendez-vous, les courses à faire ; il nous en avise en temps et en heure. Il nous réveille si nous le lui demandons, peut nous alerter quand nos œufs à la coque sont à point, divise la note du restaurant afin de connaître l'écot de chacun. Il est l'appareil photo et la caméra disponibles en tout temps et en tout lieu, même et surtout quand les titulaires sont absents. Il sait retrouver notre voiture ou notre maison, connait le meilleur itinéraire, le train qui convient, le restaurant souhaité, l'aliment le plus safe, le meilleur rapport qualité-prix. Il sait "s'il pleuvra dans l'heure", connait la signification de "congruence", déplace nos petits sous vers la caisse ou le parcmètre, peut enchaîner les téléspectateurs addictifs en tous lieux improbables. Il nous informe continûment d'une actualité toujours plus galopante, de plus en plus adaptée à ce qu'il pense que nous pensons, nous abreuve de messages familiaux et amicaux aux sources des courriels, SMS, Facebook, Whatsapp et autre Skype.

      Et puis il téléphone. De moins en moins souvent, mais il est toujours possible de lui confier notre voix pour qu'il la porte instantanément à un autre s'il est à l'écoute d'une éventuelle sonnerie. Mais nous lui parlons maintenant davantage pour qu'il traduise notre parole en texte que nous enverrons au destinataire...

      Oublier son smartphone ? Impossible ! C'est comme sortir nu dans la rue. J'ouvre la porte et je m'introspecte... mon smartphone ! je n'ai pas mon smartphone ! Mais l'impossibilité n'est jamais certaine ni définitive. Il faudrait pour cela que l'esprit humain soit construit à l'image du smartphone : bêtement infaillible quand il fonctionne. On peut s'étonner que les constructeurs d'appareils dits intelligents n'aient pas prévu des petits liens bluetoothiens capables d'alerter les propriétaires dès qu'ils s'écartent de leur indispensable joujou.

      Ah mais si, mon smartphone lui-même (tiens ? il faudrait bien que je lui trouve un petit nom à ce si proche compagnon) vient de me répondre que oui, cet indispensable gadget existe. Un jour, peut-être, si besoin...

Smartphone enchaîné

Lutin