mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 16 avril- Une belle vie !
. 9 avril- Comment ça va ?
. 2 avril- À la Jaenada
. 26 mars- La charité SVP !
. 19 mars- La mort joyeuse
. 12 mars- Spécialistes de ma santé
. 5 mars- Benêts optimistes ?
. 26 février- Stress = f(t)
. 19 février- Altruisme
. 12 février- Incivilité ordinaire
. 5 février- Demi-cerveau
. 29 janvier- L'hôpital
. 22 janvier- Éternel naufrage ?
. 15 janvier- Desproges
. 8 janvier- Sapiens
. 1er janvier- Bonne et Belle Année
. 25 décembre- C'est (encore) Noël
. 18 décembre- Retournements
. 11 décembre- Économie circulaire
. 4 décembre- NDDL, suite (et fin ?)
. 27 novembre- Tournantes
. 20 novembre- Tom et Jac
. 13 novembre- Pensée déconstruite
. 6 novembre- Vol en suspens
. 30 octobre- #balancetonporc
. 23 octobre- Écriture inclusive
. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait


Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

23 avril - Des jours comme ça

Des jours comme ça

      Il y a des jours

      Il y a des jours comme ça où l'envie est forte de rejeter hors de mon esprit, de mon cœur même, les proches dont j'ai l'impression qu'ils me perçoivent mal, ne me reçoivent pas bien, ne me comprennent pas. Ils ne m'aiment pas, finalement...

      Parce que

      Il suffit de peu de choses pour construire cette impression. Un smiley absent à la fin d'un message sur skype ou facebook, une bise absente à la fin d'un sms, un bonjour rugueux à l'entame d'un courriel,...

      Impression

      Impression, bien sûr, parce que la probabilité est faible qu'une épidémie de dédain anti-moi s'abatte sur la petite cohorte de mes proches. Ou bien alors devrais-je m'interroger plus avant. Pourquoi tant de haine si l'objet haï n'est point haïssable ? Heu... N'est pas Racine qui veut ! Pourquoi tant d'indifférence si la personne délaissée n'est pas désagréable ?

      Pas encore

      Pas encore désagréable, car si l'envie s'assouvit, les proches soumis au froid cordial pourraient bien trouver du désagrément aux relations ainsi refroidies. Tu veux ou tu veux pas ? Si tu refuses mon amarre, je la garde lovée sur le pont un certain temps au cas où, puis je la range dans le coffre pour quelque temps encore toujours au cas où, enfin je la laisse à terre si elle m'encombre trop...

      Oui mais

      Mais de la même façon qu'un un marin garde toujours des amarres à bord, au cas où, un ami garde toujours son stock de sympathie quelque part. Ou alors ceux-là ne sont pas de vrais marins et sont donc dangereux et ceux-ci ne sont pas de vrais amis et ne pas s'y tenir peut se révéler salutaire.

      Des jours et des nuits

      Par bonheur - comme les choses sont bien faites !-, les nuits séparent les jours et font que les jours ne se renouvellent jamais à l'identique. Un jour s'est-il levé après une nuit à faire tourner le ressentiment, les émoticônes grinçants, les mots blessants, qu'un autre jour peut se lever après une autre nuit à faire danser les emojis guillerets et les paroles souriantes.

      Ansi va la vie et ses envies, non ?

Lutin