mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 26 février- Stress = f(t)
. 19 février- Altruisme
. 12 février- Incivilité ordinaire
. 5 février- Demi-cerveau
. 29 janvier- L'hôpital
. 22 janvier- Éternel naufrage ?
. 15 janvier- Desproges
. 8 janvier- Sapiens
. 1er janvier- Bonne et Belle Année
. 25 décembre- C'est (encore) Noël
. 18 décembre- Retournements
. 11 décembre- Économie circulaire
. 4 décembre- NDDL, suite (et fin ?)
. 27 novembre- Tournantes
. 20 novembre- Tom et Jac
. 13 novembre- Pensée déconstruite
. 6 novembre- Vol en suspens
. 30 octobre- #balancetonporc
. 23 octobre- Écriture inclusive
. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?


Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

5 mars - Benêts optimistes ?

Pessimisme intelligent ?     Bien calé devant ma petite lucarne ouverte sur le monde, je suivais jeudi dernier un débat rassemblant un philosophe, philosophico-physicien, un neurologue, un scientifico-prospectiviste et puis, disons, un baroudeur. Chacun était venu parler de son dernier livre. Si j'ai bien tout compris, celui du baroudeur, intitulé "Dernières nouvelles du futur", est constitué de quatorze nouvelles, quatorze fables imaginant un monde devenu fou, cadenassé et lugubre. Le philosophe et les plutôt-scientifiques du plateau semblaient gentiment désapprobateurs devant le pessimisme du livre mais l'insistance véhémente de l'auteur a conduit le philosophe au bord du clash : "On parait plus intelligent quand on est pessimiste".

     J'ai sursauté. Bon sang, mais c'est bien sûr !

     Vrai qu'ils pouvaient sembler naïfs ces gens de science et de sciences venus parler de quelques aspects du futur possible pour nos sociétés ou notre humanité. Pas toujours négatifs, souvent positifs comme le laissaient déjà supposer les titres et les courtes présentations de france.tv :

  • Étienne Klein explore les points de rencontre entre physique et psychologie dans son essai « Matière à contredire ».
  • Le philosophe André Comte-Sponville nous explique comment bien vivre dans le monde que ces scientifiques nous préparent. Son nouvel essai, « L'inconsolable et autres impromptus », évoque la nature, la solitude, la musique…
  • Le grand neurologue Lionel Naccache signe avec son épouse, la romancière Karine Naccache, un passionnant décryptage des mécanismes du cerveau : mémoire, émotions, conscience et langage. « Parlez-vous cerveau ? ».
  • Joël de Rosnay revient sur la nouvelle révolution en biologie, l'épigénétique. Dans « La symphonie du vivant », l’auteur montre que chacun d'entre nous peut devenir le chef d'orchestre de son propre corps.

     Vrai qu'il doit falloir être malin pour déceler les manipulations en "isme" véhiculées dans les mouvances philosophiques, pour se projeter au devant du main stream scientifique dont la rigidité obligée ne permet pas de saisir la complexité des choses, pour déjouer les complots ourdis un peu partout et particulièrement ici par les Big brothers et leurs Data centers.

     Le plus enthousiaste de la bande des candides était aussi le plus âgé. Joël de Rosnay, 80 ans. La lecture de sa biographie wikipédiée ôte à son image toute coloration niaiseuse. L'homme est intelligent et ceux qui pourraient interpréter l'ardeur de son expression comme signe que ses idées prospectives sont autant d'égarements n'ont rien compris. Si "on paraît plus intelligent quand on est pessimiste", on n'est pas moins intelligent quand on paraît optimiste. Sans doute faut-il une certaine intelligence pour faire la part des choses. Non ?

     Question subsidiaire : trouverez-vous lequel des portrait ci-dessus est celui du baroudeur ?

Lutin