mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 11 décembre- Économie circulaire
. 4 décembre- NDDL, suite (et fin ?)
. 27 novembre- Tournantes
. 20 novembre- Tom et Jac
. 13 novembre- Pensée déconstruite
. 6 novembre- Vol en suspens
. 30 octobre- #balancetonporc
. 23 octobre- Écriture inclusive
. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?
. 6 mars- Convictions et opinions
. 27 février- Affaires de temps
. 20 février- Ah la la !
. 13 février- Crottes habituelles
. 6 février- Manger du canard
. 30 janvier- Voleurs de bœuf
. 23 janvier- Camping 2.0
. 16 janvier- À la rue ?
. 9 janvier- Prof, petit boulot
. 2 janvier- Vœux
. 26 décembre- Crèchi crècha


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

18 décembre- Retournements

Les gens (*) du siècle dernier connaissent bien ce vers de notre fabuliste national :

  • Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute.

La mémoire des jeunes actuels n'étant apparemment plus ce qu'elle était, le corbeau et le renard ont été progressivement déposés sur le fumier des écrits désuets, évitant les longs discours qui tenteraient d'expliquer entre autres ce que pouvait bien être un "arbre perché". Comme l'auront été avant eux ces mots de La Boétie, sans doute moins fabuleux mais pourtant tout aussi valeureux :

  • Tout pouvoir ne vit que de ceux qui s'y résignent.

RetournementsLe traducteur d'Ésope mettait en garde contre la flagornerie, l'ami viril de Montaigne critiquait l'attitude des puissants. Soit. Mais cette façon d'inverser la responsabilité d'une anomalie ou d'une perversion trouve un écho dans maints problèmes actuels. On pourrait écrire ainsi :

  • Tout voleur ne vit que de l'imprévoyance des volés.

Le problème n'est pas le voleur. Lui, il fait le job, il vole. Au volé potentiel de faire le sien, de se prémunir contre les vols comme il se prémunit contre les intempéries et toutes ces choses inévitables.

  • Toute richesse se construit sur l'adhésion des pauvres.

Se nourrir à moindre prix, c'est souvent engraisser E.Leclerc et ses confrères. Se divertir pour pas trop cher revient pour beaucoup à payer les ballons d'or de Ronaldo. Rêver de vie meilleure amène à dissoudre régulièrement ses petits sous dans les puits sans fond des Euromillions, Loto, Kéno et autres Illico de notre florissante Française des Jeux. Les riches le valent bien, les pauvres le veulent bien alors ?

  • Tout violeur n'agit que sur provocation des violé·e·s

C'est peut-être le plus ancien retournement massif de responsabilité puisqu'il a été institutionnalisé par les mahométans (**) soucieux de protéger les potentiels violeurs en imposant le voile aux violées potentielles. C'est pourtant toujours un point d'actualité même si certain·e·s balancent leurs porcs haut et fort. Parce que la pensée commune reste qu'il ne faut quand même trop provoquer les loups. Parce qu'une certaine bien pensance va même jusqu'à vouloir protéger le loup qui sommeille en chaque bête humaine en voilant les œuvres d'art possiblement suggestives et donc dangereuses. Il y a plus grave dans ce monde où les fous pullulent mais cette mainmise sur les esprits n'est pas loin d'ouvrir la voie vers les mains mises sur les corps... pour les protéger d'eux-mêmes, of course.


(*) Mélenchonnien, n'est-il pas ?
(**) Charme désuet du vocable et retour aux sources. Non ?

Lutin