mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 16 octobre- À pleurer !
. 9 octobre- Du grand au petit
. 2 octobre- Art et chapelles
. 25 septembre- Liliane
. 18 septembre- Trottoirs handicapants
. 11 septembre- PGDG, un BIB ?
. 4 septembre- La musique, c'est classe
. 28 août- Bretonne attitude
. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?
. 6 mars- Convictions et opinions
. 27 février- Affaires de temps
. 20 février- Ah la la !
. 13 février- Crottes habituelles
. 6 février- Manger du canard
. 30 janvier- Voleurs de bœuf
. 23 janvier- Camping 2.0
. 16 janvier- À la rue ?
. 9 janvier- Prof, petit boulot
. 2 janvier- Vœux
. 26 décembre- Crèchi crècha
. 19 décembre- Dopichon
. 12 décembre- Téléthon
. 5 décembre- Maelström
. 28 novembre- TIC informatique
. 21 novembre- Élections + et -
. 14 novembre- Vendée Globe
. 7 novembre- Errances cérébrales
. 31 octobre- Cherche visionnaires


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

23 octobre- Écriture inclusive

      Un nouveau dictionnaire sera bientôt nécessaire pour faire suite à l'apparition des noms neutres, vous savez, ces noms terminés pas une extension précédée et éventuellement entourée d'un point telle que ·e·, ·ne·,·euse ou encore ·ière.

"Pourquoi le point milieu est-il préféré à la parenthèse, au point ou au tiret ? Le point final et le tiret ont déjà une vocation dans l’écriture. La parenthèse a été exclue d’office car cela revient à mettre le féminin entre parenthèses (sic). L’Afnor est en train de réformer le clavier AZERTY".(1)

      Si leur genre est inédit dans la langue française, leur prononciation le sera également. Chacun·e se prononcera "chacun et chacune", par exemple, à moins que ça ne soit "chacune et chacun", ce qui est quand même bien différent puisque la place du premier semble être une valeur ajoutée chez nous. Le sexisme inversé qui prend la main sur les cervelles françaises voudrait que la place d'honneur soit réservée à l'énoncé de la part féminine du nom neutre lorsque celui-ci est valorisant, à la part masculine dans le cas contraire. "Les travalleur·euse·s" se dira "les travailleuses et les travailleurs" alors que "les idiot·e·s" se dira "les idiots et les idiotes". Bon, je sais bien, mes exemples sont extrêmes et le doute sera permis dans de nombreux cas...

Hatier, dans son manuel scolaire : «Grâce aux agriculteur·rice·s, aux artisan·e·s et aux commerçant·e·s, la Gaule était un pays riche».

      Un gros travail d'invention lexicale reste à faire puisque beaucoup de noms ne sont pas aisément neutralisables (un·e voyou·yelle ? un·e gars·ce ? un·e courreur·euse ?)

      Les articles correspondants, aussi neutres que les noms qu'ils précèdent, seront à inventer. Ils pourront même préciser l'ordre de prononciation souhaité par le scripteur. Ainsi "la bourgeoise et le bourgeois" pourrait s'écrire "la·e bourgeois·e" alors que l'écriture de "le bourgeois et la bourgeoise" serait "le·a bourgeois·e"

      Il faudra également créer les adjectifs et les participes passés neutres s'accordant à la neutralité des noms qu'ils qualifient. "L'électeur·trice matinal·e s'est levé·e très tôt", n'est-ce pas... "Patron·ne·s et salarié·e·s doivent être mobilisé·e·s aussi bien en tant que citoyen·ne·s, travailleur·euse·s ou électeur·trice·s, les secrétaires et les secrétaires, les cuisiniers et les cuisinières, les beurrières et les beurriers,..."

Abnousse Shalmani, activiste féministe : "Avec l'écriture inclusive, on prend les femmes pour des connes !". Elle aurait peut-être dû écrire : "Avec l'écriture inclusive, on prend les femmes pour des cons !"

      Ces dernières années, les problèmes liés au genre sont devenus si complexes et encombrants qu'ils se sont érigés en problématique authentique dont l'ombre semble se propager jusqu'à notre vocabulaire. Sans doute faudra-t-il bientôt créer des noms correspondants à chacune des lettres du sigle LGBTQ (2) censé recouvrir toutes les sensibilités sexuelles possibles. Créer par exemple "acteurice" pour respecter les acteurs bisexuels ou inventer l'extension floue pour ne pas vexer les valeureux militants queers (3), genre : "un* valeureu* militant*". Oui ?


(1) Vous êtes impatients de vous mettre à l'écriture inclusive, je le sens bien, alors n'attendez pas les décisions de l'AFNOR, faites ALT + 0183 sur votre clavier !

(2) LGBTQ : Lesbien, Gay, Bisexuel, Transgenre ou Queer

(3) Queer est un mot anglais signifiant « étrange », « peu commun », « bizarre ».

Lutin