mamimadi 2011-2014
mamimadi 2007-2010
mamimadi 1999-2006
l’entrée sur la toile


Les dernières humeurs

. 21 août- Ma douche
. 14 août- Scooter PMR
. 7 août- Vacuum kleenex
. 31 juillet- p-Commerce
. 24 juillet- Grande Muette ?
. 17 juillet- Un peu trop peu
. 10 juillet- Désir d'enfant
. 3 juillet- Soixante-dix
. 26 juin- Le choix d'une tuture
. 19 juin- Le dernier vote ?
. 12 juin- Idées pas lumineuses
. 5 juin- Horizontalement
. 29 mai- Chef de chœur
. 22 mai- Les Ors de la République
. 15 mai- Potentiellement mortel
. 8 mai- Le temps qu'il fait
. 1er mai- Le pire ! Le meilleur ?
. 24 avril- Des sons sans sens
. 17 avril- Savoir et conviction
. 10 avril- Politique, c'est la saison
. 3 avril- Incivilités routières
. 27 mars- Rodgeur
. 20 mars- Y mettre le prix
. 13 mars- Une petite grille ?
. 6 mars- Convictions et opinions
. 27 février- Affaires de temps
. 20 février- Ah la la !
. 13 février- Crottes habituelles
. 6 février- Manger du canard
. 30 janvier- Voleurs de bœuf
. 23 janvier- Camping 2.0
. 16 janvier- À la rue ?
. 9 janvier- Prof, petit boulot
. 2 janvier- Vœux
. 26 décembre- Crèchi crècha
. 19 décembre- Dopichon
. 12 décembre- Téléthon
. 5 décembre- Maelström
. 28 novembre- TIC informatique
. 21 novembre- Élections + et -
. 14 novembre- Vendée Globe
. 7 novembre- Errances cérébrales
. 31 octobre- Cherche visionnaires
. 24 octobre- Ennui superfétatoire
. 17 octobre- Où va le monde ?
. 10 octobre- Erreur papale ?
. 3 octobre- Reprise !
. 26 septembre- Petit comparatif
. 19 septembre- Hypocondriaque
. 12 septembre- Venise, c'est fait !
. 5 septembre- Venise


Vos réactions éventuelles :
jacky@herigault.fr

Logomobile

mamimadi
l'humeur hebdomadaire

28 août - Bretonne attitude

Gmail, 23 août

Bonsoir René, (*)

Notre petite conversation sur le breton m'a titillé l'esprit ...

Je ne me sens ni vendéen ni morbihannais ni belge, ni... mais turballais, humain, français et... breton (liste non exhaustive), sans ordre de préférence ni même de préséance, le tout mélangé.

Si on aime la mer, les "cailloux", la pluie de suroît, les ciels de noroît, la boue, les chemins creux, le lichen sur le granite, les petits teigneux et les grands costauds, les gentils alcoolos et les regards malicieux, les taiseux serviables et les ours pas trop mal léchés, le tout au masculin comme au féminin, alors on est un peu de ce "bout du monde" même si on vit à sa lisière et qu'on n'en connaît pas la langue.

C'est pour moi un début de réflexion qui a commencé il y a bien longtemps mais qui n'a jamais fait qu'empiler les idées sans jamais prendre le temps de les mettre en forme. Sans doute est-ce une gageure ? (sait-on jamais la complexité de ce qu'on est ?)

Sur ce... bonne soirée à tous les deux !

      Je ne sais pourquoi l'envie de relire ce courriel m'est venue le lendemain, peut-être le souvenir de mots trop vaporeux alignés en fin de journée ? Il l'est sans doute, nappé dans l'éther des aspirations volontaristes, mais il est surtout trop partiel pour prétendre décrire ma bretonnitude et, principalement, les limites de mes positions et attitudes.

      Si c'est effectivement sans conditions que je me perçois breton, il n'y a point de nationalisme breton dans mon esprit, pas de prosélytisme pour la cause bretonne, aucun activisme pour défendre la Bretagne contre ses méchants ennemis, éventuellement parisiens. J'ai refusé de signer une pétition demandant l'intégration de la Loire-Atlantique dans la région Bretagne alors que je la considère tout à fait naturelle (c'est bête, non ?). Sauf à paraître provocant ou inconvenant, je ne me lève pas lors de l'exécution du chant que certains qualifient d'hymne national breton, le Bro gozh ma zadoù, chant breton à la mélodie galloise entraînante, aux paroles suffisamment vibrantes pour en faire un hymne, c'est à dire un chant à la gloire de la Bretagne, mais pas d'une nation qui s'imposerait à toutes les personnes présentes sur son sol (les intégrismes sont suffisamment nombreux en ce bas-monde qu'il ne semble pas utile d'en rajouter)

Je ne retire pourtant rien de ce que je t'écrivais hier, très cher René. Ma Bretagne à moi, elle est viscérale mais aussi cérébrale et demain n'est pas la veille où j'aurais fait la part de l'un et de l'autre dans ma bretonne attitude.

Bretagne


(*) Mais qui donc s'appelle encore René de nos jours ?

Lutin